Escale à Cardiff pour la Section Paloise

  • Escale à Cardiff pour la Section Paloise
    Escale à Cardiff pour la Section Paloise
Publié le , mis à jour

Vainqueur du Stade Français (35-32) lors des quarts de finale, la Section Paloise se rendra à Cardiff pour accrocher une place en finale à Bilbao. Grâce à une infirmerie quasiment vide, Pau pourra profiter de l'ensemble de ses forces vives pour la suite.

Ce n’est peut-être qu’une péripétie, une écharde dans le pied des Palois qui paraissent irrésistibles en ce début 2018. La route, jusque-là royale, pour Bilbao devra faire un crochet par Cardiff, auteur de la sensation du week-end, en surclassant édimbourg à Murrayfield. Les Gallois auront donc l’honneur de recevoir les Béarnais le vendredi 20 avril tandis qu’un duel anglo-anglais entre Gloucester et Newcastle déterminera qui sera le représentant de sa Très Gracieuse Majesté au stade San Mamès de Bilbao en finale. Dimanche, la perspective du déplacement au pays de Galles n’effrayait pas le manager Simon Mannix, qui a ciblé le Challenge autant que le Top 14 : « Cardiff est une des formations phares de la Ligue celte. Ils ont montré de très belle chose lors de leur opposition face à Toulouse en phase de poule. Ils ont maîtrisé leur quart de finale. C’est un beau défi qui s’annonce pour nous. » Et pas question de lâcher cette compétition même si Mannix reconnaissait qu’une demi-finale à la maison « aurait été bien ». Tant pis, la Section va se jeter à corps perdu et avec envie dans cette fin de saison. « Si l’on est capable de faire le boulot, alors nous pourrions offrir une belle fin de carrière à Julien Pierre et Conrad Smith, se projette Mannix. Terminer par une finale, ce serait une superbe récompense pour eux. »

Une infirmerie presque vide

Avant cela, il faudra donc réussir un véritable petit exploit et battre les Cardiff Blues (vainqueur de l’épreuve en 2010) sur leurs terres. Le challenge n’effraie pas le manager de la Section : « Nous avons bataillé toute la saison pour jouer ce genre de match. » Pau va rentrer dans le « money time ». Ces trois prochaines semaines (déplacement à Bordeaux, réception d’Agen et demi-finale de Challenge) vont être déterminantes pour le futur proche et peuvent faire basculer la saison dans l’exceptionnel. Surtout que l’infirmerie est quasiment vide. Pau pourra donc compter sur tous ses AllBlacks (MacKintosh, Slade, Taylor, Smith, Stanley, Halaï plus Ramsay), ses vieux grognards (Domingo, Pierre, Tomas, Armitage, Mowen) et sa jeune vague de Français qui n’en finissent plus de surprendre, notamment le duo Lespiaucq-Brettes-Daubagna, étincelants, ou encore l’enfant du club, Julien Fumat. Bref, le printemps risque d’être vert et pas à cause de la pluie.

 

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?