Rouen, le D-Day Normand

  • Rouen, le D-Day Normand
    Rouen, le D-Day Normand
Publié le , mis à jour

Large vainqueur d’Albi, Rouen frappent un grand coup en Fédérale 1  !

Que l’histoire est belle pour les Normands. Vainqueurs du Jean-Prat la saison dernière, ils faisaient office de Petit Poucet dans cette poule élite de Fédérale 1 qui vit ses dernières heures. Cependant, les observateurs du rugby se sont vite aperçu qu’un ogre sommeillait en Normandie. La preuve en a été faite samedi soir en terre tarnaise où Rouen, large vainqueur de pâles Albigeois, qui pensaient trop à la première place du championnat, a frappé un grand coup dans ce championnat et lancé un signal à ses futurs adversaires des phases finales. Car le club normand est ambitieux et commence à le faire savoir. Le manager Richard Hill déclarait dans nos colonnes qu’il annonçait ni plus ni moins le Top14 d’ici cinq ans ! Certains ont cru à de l’humour « so british » mais il n’en est rien.

En stage dans les Landes 

Car l’ancien demi de mêlée de l’équipe d’Angleterre ne maîtrise pas que sa communication dans les médias. Il nous confiera qu’à l’issue du match contre Albi, il emmène ses joueurs en stage à Soustons (Landes) pour déjà préparer leur demi-finale alors qu’il reste un match de championnat contre Tarbes. Quasiment sûrs de rencontrer Bourg-en-Bresse, même si la défaite d’Albi redistribue les cartes pour la place de deuxième, l’objectif de ce stage est « d’analyser le jeu de Bourg et chaque joueur bressan individuellement ». Derrière, il alignera ce qui ressemblera à son équipe-type contre Tarbes pour préparer la demi-finale aller pour laquelle le mythique stade Robert-Diochon est déjà réservé ! Rien n’est laissé au hasard par le manager britannique, ni par l’équipe dirigeante, avec le champêtre stade Mermoz en réfection en mode accéléré pour répondre aux canons du championnat de Pro D2. Car si l’objectif d’accéder à l’échelon supérieur était basé sur deux ans, les Rouennais se verraient bien monter dès cette année surtout avec la nouvelle réforme de la Fédérale 1 prévue pour l’an prochain qui sonne comme un retour en arrière pour le manager normand. 
Cette équipe est préparée pour réussir, tant à sa tête que sur le terrain, avec un effectif où puissance et rapidité sont de mises. En témoignent les percées dévastatrices de leur centre Draniniu, la fluidité de la charnière Bolt-Cozens ou la capacité de perforation d’un Dastugue ou d’un Adamou vues samedi contre Albi. Des Albigeois qui partent une semaine en repos pendant que les Normands préparent leur débarquement sur les phases finales. Pour mieux foncer vers le Pro D2 ?

Renaud Sorel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?