Quatre billets, six candidats

  • Quatre billets, six candidats
    Quatre billets, six candidats
Publié le , mis à jour

Toulon - Montpellier, samedi 14h45, Lyon - Paris, samedi 20h45, La Rochelle - Castres, dimanche 12h30 et Toulouse - Racing 92, dimanche 16h50, la dernière ligne droite jusqu’aux phases finales est lancée, ils sont six à jouer leur fin de saison sur ces trois dernières journées.

Ce n’est pas tant l’écart de points qui importe. Il y a un an, au soir de la 23e journée de Top 14 (soit à la même période qu’aujourd’hui), il était de neuf points entre le troisième du classement et le huitième. à l’époque, ils étaient déjà six, voire sept ou huit, à se battre pour les quatre dernières places qualificatives à distribuer. Cette saison, si l’on considère Montpellier (officiellement titulaire d’un billet pour les barrages au minimum depuis le week-end passé) et le Racing 92 (qui possède un matelas plus que confortable) déjà assurés d’être au rendez-vous des phases finales, Toulouse, Toulon, Pau, La Rochelle, Lyon et Castres sont désormais à la lutte pour s’offrir une des quatre positions tant convoitées. Avec évidemment des situations bien différentes. Pour revenir aux statistiques du dernier exercice, la lutte s’est encore clairement intensifiée. Imaginez qu’il y a un an, Clermont, alors deuxième et quasiment qualifié de manière officielle, possédait 65 points. Soit un de moins que le Stade toulousain actuellement, lequel ne pointe pourtant qu’à la troisième place et n’a pas garanti sa présence dans l’ultime ligne droite. Mieux, quand Brive — huitième du classement en 2017 — menaçait l’ordre établi avec ses 52 unités, c’est à ce jour Castres qui ferme le peloton des prétendants — toujours à cette même huitième place — avec… 60 points. En clair, le haut du panier de ce championnat s’est tellement resserré que la qualification pourrait se décider huit longueurs au-dessus. Soit deux victoires, ce qui est loin d’être anecdotique.

Toulouse et Toulon en bonne posture, Castres et Lyon relancés

De manière totalement objective (et surtout mathématique), le Racing 92 n’est pas encore sûr de valider son billet. Mais, après leur succès précieux contre Toulon dimanche, les hommes du duo Travers-Labit ont pris une avance considérable sur le reste des poursuivants. Ce qui devrait les mettre à l’abri de toute déconvenue. Simplement, les Franciliens auront pour objectif d’entériner au plus vite leur aller direct pour les demi-finales. En cas de défaite dimanche à Ernest-Wallon, ils se retrouveraient menacés par les Toulousains (leurs adversaires du jour), voire les Toulonnais si ces derniers venaient à l’emporter contre Montpellier, un leader qui peut se permettre de relâcher la pression avant les matchs à élimination directe. Aujourd’hui, Toulouse et Toulon apparaissent comme les candidats les plus crédibles et légitimes parmi les six restants. D’autant plus que, pour ces deux équipes, le calendrier offre deux réceptions sur les trois dernières journées de la phase régulière. Même si, paradoxalement, il semble délicat d’effectuer le moindre pronostic puisque le RCT affrontera trois concurrents directs (Montpellier, Castres et Pau) quand les Stadistes en défieront deux (Racing et La Rochelle) avant de rendre visite à Clermont pour les adieux d’Aurélien Rougerie. Derrière, Castres et Lyon ont clairement relancé le suspense le week-end passé. Distancés il y a huit jours, le CO et le Lou, en battant respectivement Toulouse à domicile et Brive à l’extérieur, ont prouvé à quel point le moindre succès était de nature à rebattre toutes les cartes. Toujours septième et huitième dans la hiérarchie hexagonale, ils sont revenus à portée de fusil des clubs qui les précédent. En cas de parcours probant, ils ont de nouveau des chances d’accrocher le bon wagon. Si le programme s’avère toutefois complexe pour les troupes de Christophe Urios — avec notamment des déplacements à La Rochelle puis Toulon — celui réservé aux troupes de Pierre Mignoni semble plus abordable — réceptions du Stade français et de Montpellier, entrecoupées d’un déplacement à Oyonnax.

Montpellier, leader… et arbitre ?

Autant dire que la lutte s’annonce acharnée. Parce qu’en s’inclinant à Bordeaux-Bègles, Pau s’est remis en danger. Certes, la Section accueillera une formation agenaise soulagée mais il faudra ensuite batailler à Montpellier et contre Toulon. Ceci quand le calendrier rochelais paraît un brin moins délicat (réception de Castres, déplacement à Toulouse puis réception du Stade français). Et si, dans ce combat, le MHR se retrouvait dans la peau de l’arbitre ? Largement en tête, l’équipe de Vern Cotter affrontera Toulon, Pau et Lyon. Dans quel état d’esprit ? Avec quelle exigence de points ? Autant de questions qui chercheront des réponses dans les jours et semaines à venir. Quoi qu’il en soit, et chacun peut s’en réjouir pour l’attrait du Top 14, l’incertitude va demeurer jusqu’au bout.

Jérémy Fadat
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?