• Toujours plus tôt
    Toujours plus tôt
Publié le / Modifié le
Top 14

Toujours plus tôt

Le marché des jeunes jiff s’ouvre de plus en plus tôt. Il se tourne également vers le proD2.

«Nous sommes en discussions très avancées avec Antoine Miquel qui devrait nous rejoindre pour la saison 2019-2020.» Début mars, lors d’une conférence de presse organisée en grande pompe, le président du Stade toulousain Didier Lacroix avait publiquement reconnu la probable arrivée du troisième ligne agenais, programmée seize mois plus tard. Ce cas emblématique en cache d’autres.

Les dossiers des talentueux et jeunes Jiff s’ouvrent de plus en plus prématurément. Toulouse est notamment très actif sur ce marché : en vue de la saison 2019-2020, ses recruteurs ont ainsi étudié avec plus ou moins d’insistance les CV du troisième ligne castrais Anthony Jelonch, du deuxième ligne agenais Denis Marchois ou encore de la charnière aurillacoise Bouyssou-Segonds, piste mise depuis entre parenthèses.

Les grenoblois capelli et geraci plaisent aux cadors

Le ProD2 constitue, en tout cas, un vivier privilégié pour les renforcements sur le moyen terme. Montpellier y est tout particulièrement sensible : le MHR aurait ainsi ficelé l’arrivée du pilier droit de Béziers Zakaria El Fakir et s’intéresse, entre autres, de près au flanker grenoblois Killian Geraci.Son partenaire, le deuxième ligne Mickaël Capelli serait de son côté suivi par Toulon. Le phénomène n’est pas totalement inédit : dès le printemps dernier, le numéro 8 géorgien de Mont-de-Marsan Béka Gorgadze avait ainsi donné son accord à l’Union Bordeaux-Bègles qu’il s’apprête à rejoindre cet été. Mais la tendance s’est amplifiée, du fait des renforcements des quotas Jiff.

Autre explication : sur de tels dossiers, le risque s’avère aussi limité que le bénéfice peut se révéler fructueux. Le Racing 92, en quête de potentiels renforts au talonnage,a par exemple décidé de tenter le coup avec le Berjallien Issan Hamel, amené à intégrer le centre de formation. Avec tout à gagner et rien à perdre.

Vincent Bissonnet
Réagir