Les papys ont fait de la résistance

  • Les papys ont fait de la résistance
    Les papys ont fait de la résistance
Publié le , mis à jour

La Section Paloise souhaitait offrir une sortie à Conrad Smith (36 ans), et Julien Pierre (36 ans) les futurs retraités à Bilbao. Les deux anciens n’ont rien eu à se reprocher.

C’est par eux que la lumière a failli venir. Véritablement malmenés dès l’entame de match, les Palois ont pu recoller au score grâce à leurs deux « papys ». Julien Pierre montait en pointe sur Evans et le contrait, avant de se faire devancer par Conrad Smith qui allait marquer sous les poteaux. Sept partout à la vingtième minute, la Section était relancée dans la rencontre. Pierre et Smith ne voulaient pas mourir à Cardiff, alors ils se sont démenés comme jamais. « Oui, ce match nous tenait à cœur. Sur mon contre, j’ai du mal à me baisser et Conrad arrive comme une fusée pour marquer », glissait le deuxième ligne. Leurs partenaires étaient amers de ne pas avoir pu ou su leur offrir la sortie méritée. « Ce qui est difficile à admettre dans cette défaite, c’est que des mecs vont arrêter leurs carrières là-dessus. Des garçons qui sont au club depuis plusieurs années, qui ont travaillé dur jusqu’au bout. Cela aurait été une belle récompense pour eux de partir sur un titre. J’ai un pote qui va raccrocher, un autre que j’ai découvert cette année, qui est et reste un très grand joueur et qui va partir aussi. Il a contribué à développer le jeu de la Section ces dernières années et il n’aura rien. Alors pardon mais cela me fait ch… pour cela », témoignait Thomas Domingo très lié à Julien Pierre avec qui il a remporté, à Clermont, le doublé Grand Chelem - Bouclier de Brennus en 2010. Son aîné ne voulait pas tomber dans la mélancolie. « Ce n’est pas triste c’est le sport. Moi je vois surtout comme une chance d’arrêter dans le même club et au même moment que Conrad Smith. J’en ai côtoyé des grands joueurs, mais rarement de sa trempe.» Les « papys béarnais » ont promis de jouer les prolongations au moins deux rencontres encore.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?