La Rochelle doit rebondir

  • La Rochelle doit rebondir
    La Rochelle doit rebondir
Publié le , mis à jour

Le staff espère une réaction à Toulouse, après le message distillé lors de la dernière journée et de la défaite contre Castres.

Huitièmes à trois points de la sixième place occupée par Castres, leur tombeur lors de la 24e journée à Marcel-Deflandre (26-18), les Rochelais n’ont pas dit adieu à la qualification. Tout reste encore mathématiquement possible mais le contexte rend les choses très claires en ce qui les concernent. Pour espérer prolonger leur saison, ils devront déjà l’emporter dimanche à Toulouse, tout en comptant sur des résultats en leur faveur de Castres à Toulon et de Pau à Montpellier lors de cette 25e journée. Ça peut faire beaucoup mais on y croit dans les rangs maritimes. « On n’a plus rien à perdre, il faudra se livrer à fond », glissait Pierre Aguillon, après la défaite contre Castres, conscient que la tâche ne sera pas une mince affaire.

Avant de passer à la préparation du déplacement à Toulouse, les Rochelais ont passé la semaine dernière sur les installations de l’Apivia Parc. Du temps passé ensemble afin de fixer le cap de la fin de saison, selon les attentes de Patrice Collazo après Castres. « Aux joueurs de savoir ce qu’ils veulent faire de leur fin de saison. On est en dehors des six, il reste dix points à prendre sur la table. On va certainement dépendre des autres. Si on n’est pas restés dans les six, c’est qu’il nous a sans doute manqué certaines choses. Dans le fonctionnement, la dimension collective, de se sacrifier les uns pour les autres. Ce sont des choses qu’on avait et qu’on a moins. » Le curseur de la semaine était placé sur l’envie et le goût de faire les choses ensemble. Mercredi, sous de francs rayons de soleil dignes de l’été, les Maritimes ont passé un assez large moment avec les enfants de l’école de rugby. Point de sinistrose. À l’image de Victor Vito ou Uini Atonio, pieds nus au milieu des jeunes, qui avaient le sourire.

Travail et Humilité

S’ils en sont là, sortis des six premiers à deux journées du terme, les Rochelais le doivent à une seconde partie de championnat plutôt en pente descendante. De solides dauphins de Montpellier, à égalité de points avec le Racing, au soir de la 16e journée, ils ont rétrogradé à la huitième place, après quatre défaites consécutives en février-mars, dont une première à domicile en vingt-et-un matchs contre Toulon (27 à 20). Se seraient-ils vus trop beaux ces dernières semaines ? « Je pense que l’on a oublié l’essentiel, qui on est et ce qu’on était, estime Patrice Collazo. Depuis le Pro D2, on s’est fait dans le travail et l’humilité. Il faut que ça reste comme ça parce que je crois que le club est ainsi fait. Il faut savoir pourquoi on y vient à ce magnifique centre d’entraînement (Apivia Parc, N.D.L.R.), et ce qu’on prépare surtout. » Pour Toulouse, le staff a d’ores et déjà indiqué au chauffeur du bus d’ouvrir la porte que sous certaines conditions, énoncées par le manager rochelais. « On y mettra ceux qui veulent monter et ceux qui ont décidé ce qu’ils veulent faire de leur saison. » Ces prochains jours, et surtout l’implication aux entraînements, seront donc déterminants.

Par Arnaud Bébien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?