Brive veut espérer

  • Brive veut espérer
    Brive veut espérer
Publié le , mis à jour

Derniers du Top 14, les Corréziens n’ont pas encore rendu les armes. Ils ont enchaîné les entraînements intensifs pour espérer sauver leurs têtes lors des deux prochaines semaines.

Le mot d’ordre n’a pas changé. La cohésion reste la planche de salut d’un CA Brive qui dérive dangereusement vers les rives angoissantes du Pro D2. Valeur refuge des Corréziens quand le mauvais temps s’annonce, le staff technique a voulu jouer sur cette solidarité à toute épreuve avant les deux dernières journées de Top 14 avec un programme physique intense la semaine dernière, pour suer et souffrir ensemble. Il faut dire que la prestation des Brivistes à Oyonnax le week-end précédent a interloqué. Balayés 40 à 17 dans un rendez-vous pourtant primordial dans la course au maintien, ils ont clairement déçu. Le président Simon Gillham a été le premier à ne pas reconnaître son équipe. Absent lors du déplacement dans l’Ain, il a tenu à le dire à son staff technique mais surtout à l’ensemble du groupe des 40 joueurs qui ont reçu une convocation par mail mercredi dernier pour une réunion samedi matin à 10 heures. Une réunion de dernière minute qui a conduit les joueurs a écourté leur week-end pour une explication en face-à-face.

Avant deux matchs capitaux pour l’avenir du club en Top 14, dont un déplacement au Stade français où les Brivistes joueront leur dernière cartouche à l’extérieur, avant de recevoir une équipe de l’Union Bordeaux-Bègles aussi dangereuse qu’imprévisible en cette fin de saison où elle n’a pourtant rien à jouer, le président du CAB a tenu à montrer son incompréhension et son agacement par rapport à certains comportements entrevus à Oyonnax. Il n’est pas question de renouveler ce genre d’attitude alors que les joueurs ont encore des cartes à jouer pour se sauver, rappelant aussi que le projet du CAB pour les prochaines saisons était solide. Le nouveau centre d’entraînement est bientôt terminé, et l’agrandissement du stade n’est pas un fantasme. Simon Gillham a ainsi rappelé à ses troupes que le club corrézien était loin d’être mort malgré cette saison ratée sur le plan sportif et qu’il n’était pas encore trop tard pour préserver l’essentiel.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?