Prêts pour la bataille

  • Prêts pour  la bataille Prêts pour  la bataille
    Prêts pour la bataille
Publié le , mis à jour

LEOGNAN – Honneur. Jamais le club de la banlieue bordelaise n’avait atteint la Fédérale 3. Le voici au paradis et prêt à mordre à pleines dents dans la prochaine aventure.

Le sport n’a jamais été une science exacte. Nous devons nous en réjouir et laisser à la glorieuse incertitude le soin de déjouer parfois les prévisions solidement établies. Celle de voir le club girondin de Léognan accéder pour la première fois de son histoire à la Fédérale 3 n’était pas fiable à cent pour cent, loin s’en faut. Pourquoi maintenant ? Alors que de multiples tentatives avaient échoué. En interne, passés les instants d’un bonheur qui ne se mesure pas, les quelques dirigeants impliqués y vont de leurs explications. Entre le concret et l’irrationnel. Le coprésident Joël Bargues s’avance à la barre tout sourire : « On a pensé un projet sans l’écrire, mais on l’a fait. L’aventure a commencé il y a plus de dix ans avec des gens modestes, beaucoup d’amitiés et des bénévoles toujours fidèles. » Il est vrai que le LR a chuté en Première Série en 2007, un choc que Pierre Pozzobon, le monumental président durant… 27 ans, de 1985 à 2012, peut aujourd’hui oublier : « Cette montée nous la souhaitions et nous l’attendions. Elle est le résultat du travail en amont de tous ceux qui ont contribué à écrire l’histoire. C’est une joie immense partagée avec le tissu de partenaires que nous avons réussi à créer. Les premiers sont là depuis 1990. On a su rester attractif et nous avons voulu construire sur du durable. » Cette notion de pérennité, Stéphane Garcia, bleu et blanc de grand-père en petit-fils, y tient comme à son instrument de président de la célèbre Banda’Léo. Car son ami Pierre Pozzobon et lui se souviennent que le club a traversé de rudes périodes de galère. À l’origine de la relance, ancien joueur jusqu’en 2007 puis entraîneur, le président actuel David Lévêque n’ignore rien de l’histoire.

Le symbole des frères Matha

Quand nous l’avons rencontré il était encore sur un nuage, il se pose et savoure : « à Léognan, commune de 9 000 habitants, nous n’avons pas d’énormes moyens mais beaucoup de cœur. L’accession à la Fédérale 3 était un projet auquel je tenais, nous étions plusieurs à y croire mais certains nous ont pris pour des fous. Pour la construction sportive nous sommes allés chercher le manager Guillaume Bordessoule et depuis 2006 nous avions au club le préparateur physique Arslane Drice, issu de la natation de très haut niveau. Une belle rencontre. » Sur le terrain, l’évolution s’est poursuivie avec l’adhésion des coachs Antoine Jouenne et David Janin (équipe 1), Lionel Beylat et Frédéric Ribeiro (équipe 2). Ils ont su fédérer le groupe qui s’était lancé il y a quatre ans dans la conquête de la troisième division. Les trois dernières saisons, une équipe avait écrasé la compétition Honneur de Côte d’Argent, mais cette année, en bataillant jusqu’au bout, le LR a été récompensé de sa constance. Sans son leader de la saison passée Clément Matha. Son frère Willy a pris le relais au capitanat et dans le rôle de buteur. Ils sont des symboles car ils ont fait le choix de rester en croyant au projet. Comme Julien Chapelle, parfois capitaine. Ils vont découvrir un étage supérieur qu’ils ne connaissent pas, mais David Lévèque veut les rassurer : « Les différences ne sont pas insurmontables, cela fait des années qu’on y travaille et le budget est déjà prêt. Nous resterons sur notre ligne directrice avec le maintien pour objectif. » Quant à « l’outil de travail » il sera amélioré avec une extension indispensable de l’espace réceptif de 100 m². Il ne reste qu’à voir revenir dans le giron quelques enfants du club comme le troisième ligne Kévin Berthélémy, parti goûter avec bonheur à la Fédérale 1 à Langon, pour qu’un optimisme raisonné enveloppe l’agréable site d’Ourcade.

 

Par Gérard PIFFETEAU

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?