• Maintenu ?
    Maintenu ?
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Maintenu ?

En raison d'un nombre important de relégations administratives, le club seine-et-marnais pourrait sauver sa place dans la division. Malgré une saison noire. 

Le Landerneau francilien bruisse depuis cette semaine de la possibilité d’un repêchage du Pays de Meaux en Fédérale 2. Les relégations administratives prononcées par la DNACG contre deux clubs qui devaient se maintenir-Bobigny et Saint-Denis-libéreront deux places. Et le passage à quarante-huit clubs du championnat de Fédérale 1 pourrait aussi provoquer un appel d’air. Si bien que les Seine-et-Marnais, déjà passés artificiellement de la douzième à la onzième place de leur groupe, grâce la troisième relégation administrative prononcée sur le secteur-celle de Clamart- pourraient maintenant bénéficier d’un maintien administratif. Et cela malgré une saison complètement ratée sur le plan sportif : Meaux n’a remporté qu’un seul succès. Or, le club était déjà monté en Fédérale 2 par un coup du pouce du destin, grâce à l’élection de Bernard Laporte à la présidence de la Fédération, et à sa décision de gonfler les poules à douze clubs.

Accession administrative et maintien administratif : le club présidé par Jean-Marc Bernini fait figure de miraculé. « C’est vraiment n’importe quoi », pestait en milieu de semaine un dirigeant de l’un des clubs relégués. « Quand on promet des choses à des joueurs et quand on monte un budget, nous sommes sérieux », répond Jean-Marc Bernini, qui pourrait être récompensé ici pour la sagesse de sa gestion. « Et je suis persuadé que notre expérience de cette saison nous servira à mieux nous défendre la saison prochaine, pense le manager Marc Dubourdeau. Si nous devions nous maintenir, nous aurons eu la chance de bénéficier d’une année de répétition générale pour nos jeunes joueurs. »

Changement de staff

Trop juste en nombre avec une cinquantaine de licenciés et trop juste en investissement, avec parfois des entraînements à vingt joueurs, cette équipe meldoise avait connu un petit bouleversement dans son organigramme à la fin de la saison. Il y a deux mois, lassé d’une situation trop négative, l’entraîneur des avants Franck Feuillat démissionnait. L’encadrement décidait d’en profiter pour anticiper le fonctionnement de la saison prochaine. Le pilier Guylain Mololo et les trois-quarts Nicolas Doret et Teddy Omondi ont été intronisés officiellement comme entraîneurs. « Nous avons connu notre seul succès avec eux, remarque Marc Dubourdeau. Ils font du bon boulot et du coup, notre jeune équipe (seize joueurs de moins de 23 ans aligné lors du dernier match, N.D.L.R.), qui a déjà beaucoup appris, va pouvoir bénéficier d’une nouvelle parole et d’une fraîcheur de discours. Je crois que tous ces joueurs, avec la quinzaine de juniors qui va monter, vont beaucoup grandir. »

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Meaux devrait aussi officialiser une dizaine de nouveaux joueurs, recrutés notamment dans les clubs qui ont été sanctionnés. Pour jouer en Fédérale 2 ou en Fédérale 3 ? « Nous attendons la décision fédérale mais cela ne changera rien », assure le président Bernini, arrivé à la tête du club il y a huit ans, avec un grand projet qu’il met du temps à réaliser. « Oui, c’est plus long que prévu mais nous faisons cela à notre rythme. Tout ce que nous avons mis en place chez les jeunes, nous en récoltons les fruits aujourd’hui. Je voudrai que nous soyons maintenus mais si nous ne le sommes pas, nous ferons la saison en Fédérale 3 pour remonter immédiatement. Le Pays de Meaux a un avenir et, financièrement, nous le défendons de la manière la plus saine qui soit. »

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir