"Prudemment optimiste !"

  • "Prudemment optimiste !"
    "Prudemment optimiste !"
Publié le , mis à jour

Jean-Pierre Humbert - Président de Bourg-en-Bresse. Il ne tire toujours pas de plan sur la comète et se garde bien de parler de finale et de montée en Pro D2.

Propos recueillis par Philippe SÉVY

Étiez-vous à Tarbes vendredi soir ?

Bien sûr que j’étais à Tarbes, encore heureux ! Je n’ai pas vécu le match sereinement, mais quand même plutôt tranquillement. L’équipe a pris le match par le bon bout, en menant 10-0 après douze minutes et en ayant mis en place une bonne stratégie par rapport au jeu proposé par Tarbes. Globalement, les gars ont montré une grande maîtrise collective, dans la lignée de celle affichée à Chambéry lors du dernier match de phase régulière. Sur le final, ça a payé ! Les gars ont été héroïques en défense durant les cinq dernières minutes. Je suis fier de mes joueurs !

Pensez-vous que la route de la finale est ouverte ?

Ouh la, il n’y a encore rien de fait ! Trois points, ce n’est vraiment rien. Comme je l’avais dit dans la semaine, je ne vais pas vendre la peau de l’ours, surtout tarbais, avant de l’avoir tué. Ce n’est pas maintenant que je vais m’enflammer même si j’ai pleine confiance dans l’équipe et le staff.

Comment voyez-vous la suite ?

Nous avons gravi une simple marche et la finale est encore bien loin. Ne brûlons pas les étapes, nous ne sommes pas encore en finale ! Il y a déjà la demi-finale retour, samedi prochain chez nous. Les Tarbais vont être des adversaires coriaces, d’autant qu’ils n’auront rien à perdre. J’espère que le public nous soutiendra et mettra le feu au stade Verchère. Si nous accueillons 7000 spectateurs, ce sera un plus au niveau budgétaire. Mais, quand même, nous avions budgété une participation aux phases finales. Finir dans les quatre premiers de la saison régulière, cela figurait dans nos objectifs de départ. Sportivement, pour cette demi-finale retour, je suis prudemment optimiste ! Si nous restons invaincus chez nous au stade Verchère, peut-être aurons-nous une bonne surprise au bout. Mais nous sommes aussi à la merci des blessures, des petits bobos. Heureusement, le groupe est pratiquement au complet. Nous avons réintégré Buatier. Nous allons récupérer Perrin. Mais, surtout, le mot d’ordre reste cohésion, cohésion, cohésion !

Vos résultats ne constituent-ils pas un paradoxe alors que vous avez réduit sensiblement votre budget ?

(rires) Comme quoi, il n’y a pas de vérité dans le sport. La force dans le rugby, c’est le collectif. Pour preuve, nos amis et voisins d’Oyonnax ont moins d’argent que Toulon ou Clermont et cela ne les empêchent pas de réaliser des performances extraordinaires. Cette saison, à l’USB, nous avons un meilleur collectif que les saisons précédentes. Chacun sait ce qu’il a à faire.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?