"Vive le Salary cap"

  • "Vive le Salary cap"
    "Vive le Salary cap"
Publié le

Laurent Marti - Président de l’UBB : Le patron des Bordelais est clairement opposé à l’idée de déréguler les salaires. Pour lui, le plafond imposé par le salary cap est le moyen par excellence de respecter l’esprit du rugby. Il est un garde-fou aux excès de certains clubs.

Comment voyez-vous le Salary cap ? Est-ce une contrainte ou un garde-fou ?

C’est un garde-fou qui porte bien son nom. Car il y a des fous dans le rugby. Je me suis battu pour cette règle à titre personnel, mais je n’étais pas le seul dans ce combat. Ce plafond empêche les salaires de complètement exploser et de tuer notre sport. Le rugby ne peut pas se permettre de singer le foot, sinon l’argent va tout pourrir. Trop d’argent ferait disparaître toutes les valeurs qui nous restent. On verrait des joueurs quitter les clubs tous les ans pour aller là où on leur propose davantage. Et nous ne sommes pas prêts à ça. Nous ne sommes pas un sport à échelle mondiale. Le public nous aime car nous véhiculons certaines valeurs.

S’il y avait des transferts en rugby, les clubs « vendeurs » gagneraient un peu d’argent…

Il ne faut pas le souhaiter, mais les transferts existent quand même chez nous. On voit des indemnités par-ci par-là circuler entre les clubs. D’un point de vue personnel, je ne suis pas favorable à sa généralisation.

On peut imaginer dans certains sports que l’on puisse simplement additionner les talents mais en rugby, ça ne suffit pas. Nous sommes un sport de combat collectif et si vous n’avez pas envie de protéger le mec d’à côté et de vous battre pour lui, ça ne marche pas. C’est pour ça qu’il faut limiter la puissance de l’argent. Il ne doit pas être au cœur de tout.

Les joueurs « JIFF » (Issus de la formation française sont-ils trop chers ?

Non, une étude a démontré que les salaires des « Jiff » n’avaient quasiment pas augmenté ces dernières années. Cela ne va pas durer avec le changement de règlement et les revenus des Jiff vont un peu augmenter. Ce qui devrait être compensé par la baisse du salaire des joueurs non Jiff qui ne sont pas des stars. Dans tous les cas de figure, les joueurs exceptionnels resteront eux avec des salaires très élevés… Mais je ne m’inquiète pas, précisément grâce au Salary cap. Il régule toutes les formes d’inflation, et c’est ça qui est fabuleux. Les jeunes, les stars ou les JIFF sont tous régulés.

Vous sentez toujours une volonté féroce de combattre le Salary cap ?

Oui, de la part d’un ou deux présidents qui rêvent de faire n’importe quoi pour s’assurer d’archi dominer le championnat par l’argent et non pas la culture du club et de son travail.

500 000 euros par an de salaire pour un joueur est-ce trop à votre avis ?

Non, c’est le tarif d’un international confirmé. Ce n’est pas choquant pour quelqu’un qui, par essence, a un talent exceptionnel.

Vous témoignez de la confiance envers le plafond salarial, mais est-il fiable ? A-t-on suffisamment les moyens de le contrôler ?

Aujourd’hui, la LNR a décidé du principe suivant : il faut tout déclarer. Elle nous a dit « Messieurs, vous avez tous les droits. Vous pouvez payer les joueurs en droit à l’image, vous avez le droit de payer le joueur à l’étranger, de lui donner de l’argent de l’étranger vers l’étranger ou de l’étranger vers la France. Et c’est à vous de savoir le justifier vis-à-vis des autres organismes, l’Urssaf, le fisc, la justice. Mais il faut obligatoirement déclarer tout ça à la LNR. » Alors, c’est vrai qu’il y a eu des contournements dans le passé et qu’il y en a encore. Mais ils seront de plus en plus difficiles à l’avenir.

Pourquoi ?

La LNR a pris des bonnes mesures. Elle a pris un contrôleur spécial pour le salary cap. Il n’est pas salarié par l’institution. C’est un indépendant mais il fait son métier avec beaucoup de courage et il connaît bien le monde du rugby. Et je vois que certains présidents s’affolent un peu… Ils se rendent compte que ça devient très sérieux. En plus, les joueurs risquent désormais des pénalités. Et, de leur côté, ils doivent faire chaque année une déclaration à la LNR. Je pense que demain, il faut étendre cette mesure aux agents même s’ils ne dépendent pas de la Ligue mais de la Fédération… Je crois sincèrement qu’avec tous ces durcissements, il y aura moins de tricheries. Ceux qui trichent doivent comprendre que tôt ou tard les affaires vont sortir.

Mais les sanctions seront-elles dissuasives ?

Oui, on parle aujourd’hui d’amendes dix fois supérieures au déplacement. Si on dépasse de 300 000 euros, on va payer 3 millions d’euros. On parle aussi de sanctions sportives, de suspension des présidents, et même des joueurs. Tout ça a été voté et je pense que la LNR ira plus loin dans l’avenir.

Ce salary cap fixé à 11,3 millions d’euros est-il adapté à la réalité ? Est-il satisfaisant ?

Oui, il est satisfaisant puisqu’il est le plus élevé du monde.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?