Abandonné par ses cadres

  • Abandonné par ses cadres
    Abandonné par ses cadres
Publié le

Surclassé par le CO, le MHR pleure les tristes performances de ses joueurs majeurs. Ceux qui devaient le faire gagner. À commencer par Ruan Pienaar et François Steyn.

Pour ceux qui s’en inquiètent, Vern Cotter n’a pas changé. Le sorcier néo-zélandais maintient ses préparations immensément secrètes, sans aucune ouverture sur l’extérieur. Il poursuit sa quête de domination à domicile, quitte à lâcher des matchs loin de l’Altrad stadium. Surtout, il n’expose jamais ses hommes. Publiquement, au moins. Il ne l’a jamais fait. Les souvenirs rejaillissent. « Je n’ai rien à dire sur la performance de Brock James », lâchait-il, en mai 2013, alors que l’ouvreur australien venait de lui coûter le sacre européen le plus évident de son époque clermontoise. Dans le secret du vestiaire, sans jamais le citer directement, le coach néo-zélandais avait pourtant fusillé son ouvreur au talent immense, à la propension décisive largement moindre. Ce samedi, au terme de cette finale bâclée, Cotter a réédité : « Je n’ai jamais exposé mes hommes, pendant toute la saison, parce que je suis fier de ce qu’ils ont accompli jusqu’ici. Je ne vais pas le faire ce soir ». L’envie, clairement, ne manquait pourtant pas. Si la défaillance a été collective, Cotter et le MHR ont été lâchés par leurs cadres. Leurs leaders de jeu, au moins autant que de vestiaires. Ceux qui doivent faire gagner une équipe, dans les grands moments, et qui ont sombré.

Steyn, dans le sillage de Pienaar

Ruan Pienaar a donc géré, pendant la semaine de la finale, nombre de problèmes extra-sportifs liés à un déménagement. Il n’était pas seul. Frans Steyn lui a emboîté le pas. « La famille de François Steyn part elle-aussi pour des raisons personnelles » confirmait Mohed Altrad ce dimanche. « Les deux familles n’arrivent pas à s’adapter à Montpellier. Elles ont donc décidé de déménager en Irlande. François et Ruan ont choisi de prendre une petite maison pour eux deux et de continuer à vivre à Montpellier. Je reconnais que ce n’est pas un contexte génial pour l’avenir ». Encore une fois, difficile d’affirmer un lien entre les performances décevantes de Steyn et son contexte familial actuel. Mais impossible d’ignorer la question. Parmi les joueurs majeurs du MHR, le centre springbok a compté parmi les grandes déceptions de cette finale. De quoi interroger.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?