• Si précieux
    Si précieux
Publié le / Modifié le
Compétitions

Si précieux

Cameron Woki a éclaboussé le match de tout son talent. Retour sur une performance époustouflante.

Dire que Cameron Woki a été précieux durant cette rencontre est un euphémisme. Etincelant face à des Anglais en manque de solutions, il a réalisé un match XXL comme à l’accoutumée. Très tôt, aux alentours de 9 heures, au domaine de L’Hospitalet, où les joueurs ont posé leurs quartiers, on a senti un Cameron Woki déterminé mais tout en décontraction. Il n’oubliait pas d’échanger quelques blagues avec son compère de troisième ligne, Jordan Joseph, son ami de longue date. Les deux hommes entonnaient les paroles de la chanson « Daniel Sam » du rappeur Booba. Mais au fil de la journée, le jeune joueur de 19 ans était rattrapé par l’enjeu. Sans perdre son sourire, quasi permanent, il semblait avoir pris la dimension de l’évènement, à son arrivée aux abords du stade de la Méditerranée. Et rapidement, il a rassuré toute son équipe avec un premier ballon capté en touche, qui a découlé sur une pénalité, transformée par Louis Carbonel. Au four et au moulin, il a ensuite réalisé un sauvetage défensif de haute volée à la 13eminute de jeu, après une magnifique percée de Dingwall. Alors que son équipe était dominée dans le premier quart d’heure, son retour salvateur a été bénéfique et a permis aux Tricolores de se remettre dans l’avancée. Dans son registre habituel, un peu moins puissant que Joseph par exemple, il a excellé et s’est vu récompenser de son excellente première mi-temps par un magnifique essai en bout de ligne. à noter, seul petit bémol, une fébrilité à la réception des coups d’envois.

Une maturité détonante

Durant toute la rencontre, le Bordelais a transpiré la sérénité, tant il n’a jamais paru inquiété. Une maturité détonante qui est due à son (léger) vécu du haut niveau : « J’appréhende les matchs sans pression grâce à mon expérience, souligne Woki. Ne pas stresser reste très important surtout dans des matchs à enjeux. J’essaye de placer les autres dans cette atmosphère positive et je pense que cela aide le groupe. » Lancé dans le grand bain par Jacques Brunel, alors manager de l’UBB, il impressionne par sa faculté à garder son sang-froid et n’hésite pas à prendre des décisions, à l’image de la 22e minute, où il a incité ses coéquipiers, et Louis Carbonel, à prendre les trois points. Une âme de leader qu’il n’aime néanmoins pas trop évoquer : « Quand je joue, je ne ressens pas forcément ce rôle. Je n’ai pas cette obsession d’être un cadre de l’équipe. Mon rôle me convient parfaitement », affirme-t-il. Avec cette prestation majuscule, il compte suivre les pas des Judicaël Cancoriet, Sekou Macalou ou encore Yacouba Camara, passés comme lui par la formation massicoise. Si le Francilien, sous contrat espoir, continue sur la lancée, il a tout pour être un futur très grand dans les années à venir.

Par Lucas Meirinho

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir