Des jeunes et du jeu

  • Des jeunes et du jeu
    Des jeunes et du jeu
Publié le , mis à jour

Le spectacle offert a impressionné, tant les jeunes ont fait preuve à la fois d’imagination et de maturité. notre rugby ne manque pas de talent !

On en oublie parfois que ces jeunes sont en 4e ou en 3e et préparent pour certains le brevet des collèges. La façon dont les joueurs se trouvent, perçoivent le jeu, est étonnante. Il suffit de s’arrêter, par exemple, sur les minimes du RC toulonnais et ses têtes blondes. Les jeunes Varois ont été capables d’offrir une alternance comme on en voit rarement, avec du jeu au près des avants, suivi d’une succession de passes pour étirer la défense, et du jeu au pied pour s’offrir des respirations quand la situation se complique. En face, on n’est pas moins lucides au MHR. En attestent les coups de pied à suivre du demi d’ouverture, tentés seulement après des pénalités sifflées en faveur des Héraultais. Cette maturité dégagée par ces joueurs de 14 ans est frappante, d’autant plus que parallèlement le jeu proposé est audacieux. La culture de la passe après-contact (offload) est bien ancrée dans les esprits et les mœurs de ces jeunes férus de ballon ovale, la volonté de passer les bras est perceptible dans bon nombre de prises de balles. Il n’y a qu’à voir les petits Rochelais qui proposent un rugby plein de mouvements et de disponibilité, et qui semblent avoir la science des prises d’intervalles. Le demi de mêlée joue presque tous les coups francs rapidement. 

Déjà de très bons jeux au pied 

Et que dire des chefs d’œuvre d’essais marqués lors de ce week-end ! On retiendra la relance à la main des Grenoblois après une touche récupérée dans leurs cinq mètres, et qui débouchera sur un essai du bout du monde, ou alors le festival du numéro neuf rochelais qui tape une chandelle pour lui-même et slalome toute la défense adverse avant d’aplatir. Certaines rencontres ont vendu un spectacle rare, avec des retournements de situation comme lors de Brive-Grenoble, remportée par les locaux (21-19) gonflés par un public survitaminé, alors qu’ils étaient menés 19-0 à la mi-temps. D’autres oppositions ont dégagé une grande intensité, c’est le cas du choc de la Méditerranée, entre le RCT et des Montpelliérains pleins de regrets : « C’est fini, ils ont décroché », lâche un entraîneur désabusé et conscient de l’exigence du haut niveau. Même au pied les moins de 14 ans ont régalé, par des pénalités de 40 mètres en coin ou des dégagements défensifs puissants. Décidément notre rugby a du talent.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?