L’impatient anglais

  • L’impatient  anglais
    L’impatient anglais
Publié le , mis à jour

Pour sa première saison en France, Chris Ashton a réussi une surprenante reconversion au poste d’arrière? Ce qui lui a permis de réaliser l’exploit de battre le record d’essais marqués en une saison de Top 14. Avant de repartir illico au pays ? C’est tout sauf impossible...

Un petit tour et puis s’en va ? C’est bien ce qui semble dans les tuyaux, en effet. Sous contrat jusqu’en 2020 avec le RCT, l’international anglais Chris Ashton a « demandé à quitter le club, avant de demander à y revenir », ainsi que l’a révélé le président toulonnais Mourad Boudjellal. La raison ? Précisément celle qui lui vaut la première place de notre classement, à savoir cette superbe saison sous le maillot toulonnais, qui a évidemment aiguisé l’intérêt du sélectionneur anglais Eddie Jones. Plus franchement dans les plans de l’Australien il y a un an, Chris Ashton a enlevé tous les doutes qui planaient sur lui, notamment au sujet de sa détermination. À 31 ans, l’international aux 39 sélections pour le XV de la Rose a démontré que celle-ci était intacte, tout comme son envie de disputer la Coupe du monde 2019 au Japon. Seul hic ? Pour ce faire, Ashton doit répondre aux critères de sélections du XV de la Rose, à savoir évoluer au pays. D’où sa demande de rentrer pour une saison dans son club des Saracens, à laquelle le RCT ne veut évidemment pas céder pour le moment. « On espère que Chris Ashton va rester à Toulon, a poursuivi le président du RCT. Nous sommes actuellement en discussion avec lui. Nous sommes dans des aléas de problèmes personnels. Il y a différentes problématiques : la familiale (son épouse éprouverait le mal du pays, N.D.L.R.) et celle de la sélection. Nous, on a envie qu’il reste. La balle est dans son camp désormais. Il n’y a pas d’ultimatum le concernant. »

Deux records en une saison

Pas d’ultimatum ? Pas franchement, en tout cas. Reste que la reprise de la saison est proche, et qu’on imagine aisément qu’Ashton aimerait être fixé sur son avenir avant le début des entraînements. Voilà pourquoi il ne nous étonnerait guère de voir son cas réglé au plus vite, avec à la clé un inéluctable départ, ainsi que sembleraient le suggérer les arrivées au club de Julian Savea et Filipo Nakosi, ainsi que la conservation de Tuisova, pourtant fortement désiré par Lyon… Dommage pour le Top 14, bien sûr, qui s’était finalement assez bien habitué à ces « Ash splash » qu’il avait si intimement détesté… La saison dernière Chris Ashton a réussi la bagatelle de fixer deux nouveaux records. Celui du nombre d’essais inscrits en une saison de Top 14, d’abord (24 essais marqués en 23 matchs, avec notamment trois triplés (deux contre Agen, un contre Paris) et autant de doublés (face à Pau, Brive et Lyon) durant la phase régulière. Mais aussi celui du nombre d’essais marqués en Coupe d’Europe, qu’il a porté à 39 unités lors de la défaite du RCT en quarts de finale face au Munster. Un stade de la compétition finalement symbolique de la saison du Varois, puisque Toulon a également chuté en barrages face à Lyon en championnat malgré un dernier essai d’Ashton. Une réalisation qui a toutefois eu du mal à masquer l’unique fausse note de la saison de l’Anglais, à savoir deux essais tout faits vendangés à quelques encablures de l’en-but, laissant le RCT à quai avant les demi-finales.

Dernier triplé avec les Baa-Baas contre l’Angleterre

Toutefois, il serait évidemment injuste de résumer la saison d’Ashton à cet échec. Malgré une reconversion tout sauf gagnée d’avance au poste d’arrière entamée lors mois de novembre, l’Anglais a su s’adapter à la vitesse de l’éclair à son nouveau poste et à ce nouveau championnat, apprivoisé malgré un taux d’antipathie très élevé à son arrivée. Pas le moindre des exploits donc, malgré ce couac final. Un échec sur lequel Ashton, l’impatient anglais, ne s’est d’ailleurs pas appesanti longtemps, réussissant même la gageure de planter une semaine plus tard un dernier triplé à Twickenham sous le maillot des Barbarians (63-45). De là à considérer que cette dernière rencontre fut le déclic qui le convainquit d’entamer les démarches pour quitter le RCT ? Il ne faudrait pas nous pousser beaucoup pour l’affirmer…

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?