Vitesse à tous les étages

Le constat est probablement caricatural, mais il n’en conserve pas moins un fond de vérité : moins fournie en terme de puissance pure que les "gros bras" de Montpellier, Castres ou Toulon, l’ASMCA n’a probablement pas d’équivalent dans ce championnat en termes de vitesse collective et individuelle. 

Autrement dit ? Si les Clermontois peuvent s’attendre à des hivers difficiles (notamment à l’extérieur), ces derniers on toutefois tous les atouts en main pour flamber lors des premiers mois du championnat, et surtout au printemps. Avec les Raka, Penaud, Fofana, Abendanon et compagnie, la ligne de trois-quarts auvergnate cnstitue en effet la cavalerie la plus impressionnante du championnat, à laquelle on tarde de voir associées les recrues Moala et Nanai-Williams. Un point fort rendu d’autant plus redoutable par des avants portés sur le jeu au grand large, à l’image des Yato, Lee, Iturria et consorts, qui s’inscrivent dans la droite ligne de la philosophie pronée par Franck Azéma. Le point faible, au final ? Il découle justement de ces qualités, les Auvergnats manquant parfois de densité et d’agressivité dans les zones de combat, où il leur est trop souvent arrivé de se faire coincer la saison dernière. Un constat partagé par le staff, qui compte bien en faire un de ses angles de travail prioritaire cet été...