Génial Russell, Géant Bird…

  • Génial Russell, Géant Bird…
    Génial Russell, Géant Bird…
Publié le , mis à jour

Revue de l'effectif parisien ligne par ligne.

Arrières > Ils sont trois joueurs de calibre international à se disputer le poste. Puisque le Tricolore Brice Dulin ne reviendra de son opération du genou qu’à l’automne prochain, le Barbarian Louis Dupichot, à créditer d’une saison satisfaisante l’an passé, démarrera le Top 14. Sûr sous les ballons hauts et efficace dans le jeu au pied, Dupichot sera néanmoins rapidement soumis à la concurrence de l’international irlandais Simon Zebo. À 28 ans, celui-ci incarne l’une des recrues phares du Racing 92 cette saison. Du côté des Hauts de Seine, l’entraîneur des trois-quarts Laurent Labit attend de lui qu’il exprime ses qualités de vitesse et de créativité sur la pelouse ultra rapide l’Arena.

AILIERS > Joe Rokocoko, l’un des meilleurs ailiers du championnat, a profité de ses dernières vacances aux Fidji pour soigner un genou l’ayant beaucoup gêné ces derniers mois. Il est désormais à 100 % de ses moyens physiques et prêt à relever la concurrence que ne manqueront pas de lui offrir dans les Hauts-de-Seine Juan Imhoff et Teddy Thomas. L’Argentin, qui n’a toujours pas fait une croix sur le Mondial japonais, a une saison pour convaincre les Pumas qu’il est indispensable à la sélection. Quant à Teddy Thomas, sur un nuage l’an passé, il voudra probablement prouver que la douloureuse tournée en Nouvelle-Zélande n’est plus qu’un lointain souvenir.

CENTRES > Au milieu du terrain, beaucoup de choses ont changé au Racing 92. Casey Laulala, désormais chargé des skills de l’équipe fanion, a tiré un trait sur sa carrière de joueur. Idem pour Anthony Tuitavake. Albert Vulivuli ? Il a rejoint Vannes (Pro D2). Du coup, Virimi Vakatawa et Henry Chavancy seront les indiscutables titulaires au centre. Néanmoins, le staff francilien attend beaucoup du massif Leonard Paris, convaincant lors de sa titularisation contre Agen l’an passé et de l’ancien Dacquois Olivier Klemenczak, courtisé par de nombreux clubs de Top 14. Enfin, l’international fidjien Ben Volavola incarnera le cinq-huitième dont voulait se doter le club au jour de la blessure à un genou de Pat Lambie.

OUVREURS > Finn Russell, pour qui le club a cassé la banque à l’intersaison, est aujourd’hui l’un des meilleurs ouvreurs de la planète. Lui qui n’est pas parti en tournée d’été avec l’équipe d’Écosse a suivi toute la préparation physique estivale avec le Racing et sera prêt au jour J. L’ancien bayonnais Raphaël Lagarde, bien que fragile, possède un talent évident. Derrière un pack qui avance, son rendement devrait être intéressant. Ben Volavola, l’ouvreur de la sélection fidjienne, peut également occuper le poste. Pat Lambie, lui, ne reviendra de son opération du genou qu’à l’hiver prochain.

DEMIS DE MÊLÉE > Dans l’absolu, le numéro 1 du poste est bien évidemment Maxime Machenaud, excellent l’an passé dans sa conduite du jeu et les tirs au but. Sauf que… Machenaud ne reviendra de blessure qu’en décembre prochain et, en attendant, Teddy Iribaren, Antoine Gibert et Xavier Chauveau devront donc se partager le temps de jeu. Convaincant l’an passé, Iribaren possède aujourd’hui une longueur d’avance sur ses deux concurrents au poste.

NUMÉROS 8 > Verra-t-on Jordan Joseph, la révélation du dernier Mondial des moins de 20 ans, avec l’équipe première du Racing cette saison ? La question reste entière, tant nul ne souhaite griller trop vite le nouveau phénomène du rugby français. Selon toute vraisemblance, Antonie Claassen et Fabien Sanconnie se partageront donc l’essentiel du job. Sanconnie, auteur d’une bonne fin de saison avec Brive, doit se servir de son passage au Racing comme d’un tremplin pour, qui sait, devenir le grand numéro 8 que cherche le XV de France depuis la retraite d’Imanol Harinordoquy. Enfin, Leone Nakarawa peut également s’avérer utile, dans cette position.

TROISIÈME LIGNE AILE > Ici, le Tricolore Wenceslas Lauret est le seul indiscutable. Si Bernard Le Roux admet enfin être plus précieux au poste de deuxième ligne, il libèrera, sur le flanc de la troisième ligne, une place à Baptiste Chouzenoux ou Boris Palu. Ces deux joueurs, qui présentent l’avantage d’incarner d’excellents sauteurs en touche, sont à créditer d’une très bonne dernière saison. Enfin, l’international des moins de 20 ans Ibrahim Diallo aura cette année l’occasion de montrer l’étendue de son talent chez les pros.

DEUXIÈME LIGNE > Qu’on soit clair : la paire formée dans les Hauts-de-Seine par Donnacha Ryan et Leone Nakarawa est la plus complémentaire du vieux continent. Quand il est placé aux côtés de l’Irlandais -plus combattant que n’importe quel autre joueur- le magicien fidjien a en effet tout loisir de jouer les facteurs X. Derrière ces deux perles, Edwyn Maka et la recrue Dominic Bird (plus grand All Black de tous les temps avec ses 2,06 m) sont des doublures de luxe. Boris Palu et Bernard Le Roux, si celui-ci daigne écouter Laurent Travers, peuvent également occuper le poste.

PILIERS > À ce poste, difficile d’être plus riche que le Racing 92. Avec Eddy Ben Arous et Cedate Gomes Sa, Laurent Travers s’appuie sur deux tricolores désormais confirmés. Derrière eux, Hassane Kolingar et George-Henri Colombe sont deux des plus grands espoirs du poste. Vasil Kakovin ? Difficile de faire plus fort en mêlée que l’international géorgien. Quant à Census Johnston et Ben Tameifuna, ils seraient intouchables si leur hygiène de vie concordait avec leur potentiel. Cette année, peut-être…

TALONNEURS > Camille Chat, excellent l’an passé et rare satisfaction de la tournée des Bleus en Nouvelle-Zélande, est évidemment le numéro 1 du poste. Pour sa dernière saison au plus haut niveau, le capitaine historique Dimitri Szarzewski voudra pourtant prouver que son expérience et sa connaissance du poste peuvent s’avérer précieux. Ole Avei est un numéro 3 intéressant. Quant au jeune Teddy Baubigny, tout juste rétabli d’une blessure à un genou, il doit aujourd’hui confirmer son énorme potentiel. 

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?