"Une marque de confiance exceptionnelle"

  • "Une marque de confiance exceptionnelle"
    "Une marque de confiance exceptionnelle"
Publié le

Le pilier gauche Quentin Béthune est revenu vendredi soir du stage à Oviedo en Espagne où il a appris qu’il serait co-capitaine du SUALG cette saison avec son ami Antoine Miquel.

Comment s’est déroulé le stage à Oviedo, en Espagne ?

Nous n’avons pas eu de chance avec la météo. Ce stage était consacré à la mise en place de notre rugby. Nous avons surtout touché le ballon et contrairement à ce qui peut se faire, nous n’avons pratiquement pas travaillé la cohésion avec des activités annexes. Comme peu de nouveaux joueurs sont arrivés pendant l’intersaison, ce n’était pas forcément nécessaire et nous avons pu nous consacrer à la mise en place de notre jeu. 

Avec peu d’arrivées, la remise en route n’a pas dû être difficile ?

Surtout, Mauricio Reggiardo est maintenant depuis trois ans au club donc nous savons parfaitement ce qu’il attend de nous. C’est donc plus simple surtout que nous avons un peu moins d’une dizaine de nouveaux joueurs dans l’effectif. Il y a une vraie volonté de continuité dans ce groupe. 

Retrouver le ballon a dû être un soulagement après la préparation physique ?

Ce n’était pas un soulagement car, dès le début de la préparation physique, le staff technique a fait en sorte que le ballon soit présent. Donc c’était moins dur mentalement que lorsque vous ne faites que de la course et du physique. Tout le monde était assez content. 

Au cours du stage, le club a officialisé que vous seriez co-capitaine avec Antoine Miquel, comment avez-vous accueilli la nouvelle ?

C’est un grand plaisir et une marque de confiance exceptionnelle que le club nous accorde. Antoine savait que s’il restait au club, il serait capitaine. Donc tout le groupe savait déjà qu’il serait capitaine. Pour ma part, je savais que j’aurai une part un peu plus importante en termes de leadership mais je ne m’attendais pas forcément à être co-capitaine. C’est une belle surprise.

C’est une marque de confiance à la jeunesse formée au sein du club. Avez-vous l’impression que ce capitanat est aussi un symbole ?

C’est effectivement un symbole fort de nous nommer tous les deux. On se suit depuis un moment même si Antoine a un an de plus que moi. On a joué en catégories jeunes et nous avons suivi la formation Académia. Sur le papier c’est beau car cela démontre qu’Académia y est pour quelque chose. Cela valide un projet fort depuis plusieurs années. C’est aussi un peu plus de pression pour Antoine et moi car nous n’avons pas le droit de nous rater. En sachant que ce club nous fait confiance depuis des années, nous devons assurer pour lui rendre ce qu’il nous donne. D’autant plus que la saison prochaine le SUALG sera encore plus attendu après le maintien décroché la saison dernière… Nous ne sommes plus le petit promu qui monte. L’effet de surprise ne marchera plus. Tout le monde sait que nous allons nous accrocher et tout le monde sait comment nous jouons maintenant. On ne va pas révolutionner ce que nous avons su faire. À nous d’être encore meilleurs dans ce que nous voulons faire. 

Les matchs amicaux reprennent ce week-end avec une confrontation face à Soyaux-Angoulême, est-ce que vous allez basculer sur un rythme de travail que vous connaissez un peu plus ?

Non je ne pense pas. Le groupe est encore très élargi avec de nombreux joueurs espoirs qui seront toujours avec nous cette semaine. Après le match face à Soyaux-Angoulême, le groupe va commencer à se rétrécir au fur et à mesure. Il est prévu que nous retrouvons le rythme que l’on connaît en période de compétition avant le match amical contre La Rochelle prévu le 17 août.Mais ce premier rendez-vous démontre que l’on se rapproche du début du championnat et ça fait plaisir de se retrouver sur un terrain. C’est là aussi que tout le monde doit prouver, et c’est aussi vrai pour les nouveaux que pour ceux qui étaient déjà là. On est toujours en compétition les uns envers les autres et tout le monde doit gagner sa place. Pour ma part, avec la tournée avec les Barbarians, mon dernier match n’est pas très lointain. 

Avec cette tournée des Barbarians au mois de juin, comment vous sentez-vous pour cette reprise ?

Je me sens bien. J’ai pu couper deux semaines et j’étais content de revenir au club. Cette aventure était vraiment magique et une belle expérience en tant qu’homme. 

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?