Van Rensburg, toujours plus haut

  • Van Rensburg, toujours plus haut
    Van Rensburg, toujours plus haut
Publié le , mis à jour

Honnêtement, on n’attendait pas Nicolas Janse Van Rensburg à un tel niveau d’excellence.

Et le pire, c’est que même son manager a semblé être surpris par l’impressionnant rendement du grand échalas sud-africain : "Nous sommes agréablement surpris et très contents de ce qu’il amène au groupe, confiait Vern Cotter à la fin du mois de mai. C’est un homme qui a beaucoup d’humilité et une grande capacité à se remettre en question. Il est curieux, a une envie constante de s’améliorer et ne veut pas se contenter de jouer quelques matchs… Il veut faire avancer son équipe." Bien sûr, Van Rensburg n’était pas un illustre inconnu avant que cette saison ne débute. Recruté par Jake White la saison dernière pour pallier les départs de Thibault Privat (retraite) et de Sitaleki Timani (Clermont), l’ex-joueur des Bulls ne débarquait pas dans l’Hérault avec un CV aussi impressionnant que ceux qu’il était censé faire oublier : jeune (22 ans) et donc un peu vert pour ce poste, Van Rensburg ne comptait que cinq apparitions en Super Rugby et n’était même pas un titulaire indiscutable en Currie Cup. Malgré tout, le grand blond parvient à tirer son épingle du jeu puisque White l’alignera à quatorze reprises dont neuf en tant que titulaire.

Vern Cotter, lui, en fera son homme de base et l’alignera à 24 reprises pour le seul Top 14, dont dix-neuf en tant que titulaire. Pourtant, Van Rensburg ne ressemble pas aux autres deuxième ligne du MHR : "Nicolaas a un profil différent de nos autres deuxième ligne (Willemse, Jac. Du Plessis, Mikautadze, N.D.L.R.). Par exemple, Paul Willemse travaille et joue beaucoup avec sa masse physique, sa puissance. Van Rensburg nous aide lui beaucoup au niveau de la circulation de jeu courant, car il se place bien." Autant de choses qui ne sont pas vraiment la spécialité des golgoths précédemment cités. Plus que complémentaire, Van Rensburg est indispensable. En particulier dans le domaine de la conquête : "Il est très précieux en touche. Il est très vif et annonce nos touches. L’équipe base donc son jeu défensif et offensif dans ce secteur en fonction de lui. Au départ, nous (le staff) ne connaissions pas ce garçon, mais quand on a demandé en début de saison qui pourrait prendre en charge la touche, c’est lui qui a levé la main en premier", racontait Cotter. Un entrain qui illustre à merveille la saison du joueur.

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?