Bérard : "Je veux être acteur, et non spectateur"

Brillant avec le MHR (2010-2015), l'arrière souhaite se relancer après trois années contrastées et ne cache pas ses ambitions collectives élevées.

Vous considérez-vous comme champion de France avec le CO, alors que vous n’avez joué aucun match sur la saison ?

Je n’ai pas fait grand-chose hormis les entraînements à cause de ma grosse blessure à un genou (ligaments croisés, N.D.L.R.), mais ce titre, on ne pourra pas me l’enlever ! Je le prends comme tel et désormais, il est écrit sur mon CV. J’étais heureux d’être champion comme tous les mecs qui étaient sur la pelouse. Nous avions vraiment un joli groupe et c’est aussi pour ça que nous sommes allés au bout. J’ai passé deux belles années là-bas (13 matchs joués. Avant cela, il avait passé une saison délicate à La Rochelle).

Pourquoi n’êtes-vous pas resté dans le Tarn pour poursuivre cette belle aventure ?

Peu avant ma reprise de l’entraînement en mars, j’ai eu un entretien avec le coach (Christophe Urios) qui m’a expliqué qu’il ne me garderait pas. J’ai ensuite fait un bon match avec les Espoirs mais je n’ai pas eu après de temps de jeu avec les pros. Une chance que j’attendais pour me montrer et prouver que mon genou était totalement rétabli. Dès lors, quand il a fallu faire un choix, je ne voulais surtout pas galérer en fin de saison et me retrouver au chômage. J’ai alors eu l’opportunité de discuter avec David Aucagne et le président (Pierre-Olivier Valaize). Et leurs discours, le projet de jeu de l’équipe et les ambitions du club m’ont séduit. Béziers m’a fait confiance (un an de contrat) et cela a fait la différence.

L’ASBH, c’est aussi le choix du cœur pour vous qui êtes passé par le sport études de Béziers (lycée Jean-Moulin) ?

Oui, c’est un retour aux sources. Ma famille habite à Clermont-l’Hérault et je suis de Montpellier, donc je me rapproche ainsi un peu de mes amis. Pour repartir et se relancer, c’est toujours bien de compter sur le soutien de ses proches.

Comment se sont déroulés vos deux premiers mois au club ?

Je suis satisfait de mes débuts. Comme à Castres, j’ai découvert un effectif dénué de stars mais qui vit très bien ensemble. J’avais un peu d’appréhension de descendre de Top 14 en Pro D2, mais elle a été vite levée grâce aux mecs qui m’ont tous très bien accueilli.

Quelles sont vos ambitions personnelles ?

Je veux être acteur et non spectateur comme l’an passé. Les coachs et les présidents me l’ont dit : « Tu viens un peu avec une étiquette de Top 14 et tu dois donc apporter un plus à l’équipe. » Mon envie est de m’intégrer dans ce groupe, de gagner ma place afin de devenir important pour l’équipe. J’ai l’ambition de relancer ma carrière, d’enchaîner les matchs pour prendre du plaisir et de la confiance.

Et à titre collectif ?

J’espère que le groupe va décrocher a minima la qualification pour les barrages. Mais on ne doit surtout pas croire qu’elle va tomber du ciel grâce à la saison dernière. Il va au contraire falloir cravacher pour regagner notre place. Je rêve de vivre un "quart" dans un stade mythique comme la Méditerranée.

 

Propos recueillis par Julien LOUIS