Acte majuscule

  • Acte majuscule
    Acte majuscule
Publié le , mis à jour

Yvan Reilhac - centre de Montpellier Décisif sur l’essai de N’Gandebe et auteur de quarante minutes impressionnantes face à Béziers, le numéro 13 a marqué des points dans la perspective du début du Top 14.

Surprise, surprise ! Jeudi, tous les regards étaient tournés vers la première de Johan Goosen, absent des pelouses de l’Hexagone depuis novembre 2016. Tranchant et affûté, le Sud-Africain n’a pas déçu. Mais la star du jour s’est fait voler la vedette par Yvan Reilhac. Un "félin" actif aux quatre coins du terrain et inspiré comme jamais : "C’est vrai que je me sens très bien en ce moment, comme cela ne m’était plus arrivé depuis longtemps. Je n’ai pas de douleur et j’ai pu effectuer une préparation complète. J’avais hâte de jouer."

D’entrée, le centre gratte un ballon au sol et offre une pénalité précieuse à son équipe. Dans la foulée, il est sollicité en attaque et s’adapte parfaitement au sous nombre offensif (petit coup de pied pour lui-même récupéré). Avant de se montrer sûr sous une chandelle adverse (12e), de récupérer un nouveau ballon au sol (28e) et d’être décisif sur l’essai de Gabriel N’Gandebe, en jouant parfaitement le trois contre un : "Tout m’a réussi ce soir (jeudi)…" Poursuivi par les blessures depuis deux ans (18 matchs joués), Reilhac s’est remis en question pour se retrouver cette saison : "J’ai changé mon mode de vie, car j’ai eu un déclic après mes nombreuses blessures. Je me prépare mieux et j’ai surtout perdu du poids. À mon retour en février, j’étais proche des 100 kg. Là, je suis entre 93 et 94 kg. Du coup je me sens mieux sur le terrain et j’ai augmenté mon volume de course." 

Le déclic de la maturité à 23 ans ? "J’aimais bien faire la fête c’est vrai… Désormais je suis plus sérieux et je mange mieux. J’ai beaucoup parlé avec les préparateurs physiques du club et la diététicienne pour réussir à perdre du poids, car c’était ça mon souci. J’espère ne plus me faire mal et tout ira bien…" 

Un profil (quasi) unique

Un nouveau départ symbolisé par une excentricité capillaire osée : "J’avais envie de changer, c’est l’été ! J’ai vu le film Black Panther et je m’en suis inspiré. Mais ma maman et ma copine n’aiment pas…" Vraiment ?

Relancé au meilleur des moments, Yvan Reilhac a marqué des points. Avec le forfait annoncé de Ian Serfontein pour le début de saison, il gagne une place dans la hiérarchie des centres. Et son profil, quasi unique (proche de Vincent Martin, ménagé jeudi) dans l’effectif, offre une alternative de jeu différente à Vern Cotter : "C’est sûr, j’aurai peut-être une carte à jouer sur le début de saison et je vais tout faire pour la jouer à fond et gagner ma place. Je ne prétends pas être numéro un à mon poste car il y a plein de grands joueurs autour de moi, mais je veux entrer dans la rotation." 

Son défi ? Prouver face à la Western Province jeudi, qu’il peut être un titulaire légitime au poste malgré la concurrence de François Steyn. Aligné en numéro 10 et auteur d’un exploit à Sauclières, ce dernier apparaît trop soliste pour occuper ce poste. Et avec le retour espéré d’Aaron Cruden (douleur à un genou, ménagé) ou encore la possibilité de mettre Goosen à l’ouverture, le champion du monde va redescendre au centre. Où son association avec Alexandre Dumoulin, toujours aussi régulier, est souvent privilégiée… Rédhibitoire ? Non, car Reilhac peut évoluer à côté des deux : "Je ne me prends pas la tête avec ça, je ne me projette pas. Je suis juste concentré sur le collectif. Tout n’a pas été parfait face à Béziers où on n’a pas réussi à enchaîner les temps de jeu. Mais on a répondu présent face à l’agressivité biterroise après avoir été surpris. Nous avons franchi plusieurs fois et l’équipe a bien défendu sur les deux mi-temps. C’est un bon départ."

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?