Guerriers au sang-froid

  • Guerriers au sang-froid
    Guerriers au sang-froid
Publié le , mis à jour

L’ASBH remporte son premier match de la saison dans son antre malgré de nombreux absents et lance ainsi parfaitement son championnat (25-21). Dominateurs mais trop maladroits, ils se sont nourris de l’incroyable indiscipline adverse (15 pénalités et un carton jaune) pour triompher. Soyaux-Angoulême repart de la Méditerranée avec le bonus défensif. 

LE RESUME

Quel ennuie ! Entre une équipe de Soyaux-Angoulême qui refuse le jeu et brille en défense et une formation biterroise joueuse mais maladroite, cette première période ne restera pas dans la annales. Et le score de parité à la pause (9-9) reflète assez bien les débats. Les deux adversaires d’un soir se nourrissent l’un et l’autre de leur indiscipline (12 pénalités sifflées dont 7 contre les visiteurs) et les buteurs meublent le score. Peu en verve sur l’entame, Thibauld Suchier a raté deux pénalités en coin et Jérôme Porical a lui manqué une frappe longue distance. Neuf points laissés en route qui ne permettent pas à l’ASBH de matérialiser au tableau d’affichage, sa domination en mêlée et en termes de possession. Même musique lors du second acte, avec des Rouge et Bleu toujours aussi dominateurs mais qui ne parviennent pas à creuser l’écart à cause de trop nombreuses fautes de main. Le score reste serré jusqu’à dix minutes de la fin, avant que l’ASBH ne creuse l’écart. La supériorité numérique des locaux (voir tournant) aura un peu fait la différence. Et surtout, Soyaux-Angoulême paye au final très cher son indiscipline (15 pénalités commises ; 8 par Béziers), malgré le bonus défensif arraché sur la sirène.

L’ESSAI DU MATCH

Le superbe coup de pied par-dessus de Thibauld Suchier pour Maxime Veau qui file à l’essai. Suite à une pénaltouche bien négociée, le maul biterrois avance avant de se faire contrer. Les avants héraultais multiplient les pick and go sans parvenir à franchir la ligne. Le ballon est alors transmis au numéro dix Suchier qui voit en lecture le vide laissé par la défense adverse et décide de taper par-dessus. Lancé comme une flèche, le centre Veau n’a plus qu’à récupérer le ballon sans opposition pour scorer.

LE TOURNANT

Un choix gagnant et un carton jaune salvateur. 46e : Béziers opte pour la pénaltouche plutôt que les trois points dans les vingt-deux mètres adverses, alors que le score est encore de parité à ce moment-là. Un pari osé qui va s’avérer payant puisque l’ASBH marque son essai sur l’action suivante. Vint minutes plus tard, le centre d’Angoulême Quentin Witt est sanctionné d’un carton jaune et laisse ainsi ses coéquipiers à quatorze. Le second tournant du match qui permet à Béziers de s’imposer.

L’HOMME DU MATCH

Marco Pinto Ferrer, le fer de lance ! L’international Espagnol a réalisé une performance majuscule en défense. Plaqueur acharné, le talonneur, constamment à la limite du hors-jeu, a sauté sur chaque adversaire qui se présentait dans sa zone. Efficace, il a fait reculer son vis-à-vis à plusieurs reprises et permis ainsi à son équipe d’inverser la pression ou de récupérer des ballons de turnover et des pénalités. Propre sur ses lancers en touche et solide en mêlée, Marco Pinto Ferrer a réussi sa rentrée à la Méditerranée et s’impose plus que jamais le leader de combat des Biterrois.

LES MEILLEURS 

À Béziers Pinto Ferrer, Suchier, Veau, Best, Massot ; À Angoulême Sitauti, Le Guen, Maurens, Nicolas, Hayes 

Par Julien Louis 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?