L’intelligence bayonnaise

  • L’intelligence bayonnaise
    L’intelligence bayonnaise
Publié le , mis à jour

Malmenés pendant une heure, les basques ont trouvé des ressources pour museler une équipe briviste qui peut nourrir des regrets.

Le résumé

Toujours en tête, les bayonnais ont pourtant été constamment sous la menace briviste. On attendait seulement que la sentence tombe. Dominateurs en mêlée, particulièrement en première période, puissants devant, alertes derrière, seules les maladresses les ont empêchés de passer devant. Et puis, à force de tutoyer la ligne sans pouvoir marquer, la confiance s’installait dans le camp adverse. Et surtout, les changements opérés à la pause allaient stabiliser la mêlée bayonnaise. Et les bayonnais ajoutaient un essai en force, qui les libérait, puis un autre par Talebula. Jamais Brive n’allait passer devant. Les corréziens pourront s’en vouloir.

Le fait du match

Dominés, malmenés devant, en mêlées, sur les ballons portés en première période, le staff bayonnais a rééquilibré son équipe en faisant des changements appropriés et en alourdissant le pack avec Oulai et Boniface notamment. Les changements ont été payants.

L’action

Alors que Bayonne vient d’ouvrir la marque par un essai inscrit sur une bévue briviste, les corréziens répondent du tac au tac mais par du jeu déployé. Mignardi, dans les trente mètres, met son compère du centre, Olding, dans l’intervalle. L’international irlandais n’en demande pas davantage. Il passe entre deux défenseurs bayonnais et, avec aisance et allure, va derrière la ligne.

Le tournant du match

A un quart de la fin, alors que les brivistes sont toujours meançants mais improductifs tout de même, les basques prennent un ballon en touche par Jaulhac et le portent jusque dans l’en-but ; essai qui met les bayonnais à l’abri.

Le joueur

Torsten Van Jaarveld a éclaboussé la rencontre de sa présence. Toujours à la pointe, lanceur émérite, il a mis son équipe dans le sens de la marche. Les bayonnais ont toujours gardé la tête au score. Le talonneur n’y est pas pour rien.

Les meilleurs

Van Jaarsveld, Jaulhac, Koster, Oulai, Duhau, Muscarditz, Arganese, Oulai ; Devisme, Bamba, Marques, Ugalde, Olding

Par Edmond Lataillade 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?