Sources d’énergie

  • Sources d’énergie
    Sources d’énergie
Publié le , mis à jour

Yann David - centre de Castres. Parfois brillant et précieux mais trop souvent freiné par les pépins physiques, l’ancien toulousain a choisi de relever un nouveau défi dans un environnement familier.

Yann David ou l’histoire d’une carrière prometteuse et sinueuse. A 30 ans, le trois-quarts centre a connu un parcours jonché de succès en club, avec deux Brennus et une Coupe d’Europe, et fréquenté la scène internationale (4 sélections). Mais la puissance et le talent du bonhomme, débarqué de Bourgoin au Stade toulousain à 21 ans, méritaient sûrement davantage. Son corps, qui l’a trop souvent lâché, ne lui a pas toujours permis d’enchaîner et de s’imposer sur la durée. Voilà peut-être pourquoi, il y a plus d’un an déjà et de longs mois avant la fin de son contrat toulousain, David a pris la décision de rallier le CO. Pour s’offrir un nouveau départ, un autre défi. Pour sortir d’un confort qui s’est parfois montré injuste avec lui. "On dit souvent que ce sont des Castrais qui partent vers Toulouse, je n’aime pas faire comme tout le monde alors j’ai pris le chemin inverse, souriait-il dans La Dépêche du Midi. Je suis très fier de ce choix et je me donnerai à fond."

Le garçon n’est pas du style à tricher. Ses multiples mésaventures, aux quatre coins de l’anatomie d’un homme, ne l’ont jamais empêché de revenir toujours plus déterminé. Toujours plus robuste et athlétique aussi, lui dont la force de pénétration n’a cessé de faire des dégâts au milieu du terrain. Simplement, dans son esprit, fallait-il changer de contexte, d’environnement. Une mise en danger ? Pas vraiment. Plutôt un retour aux sources : "Castres me rappelle Bourgoin-Jallieu. Ce sont des villes comparables avec des clubs dégageant les mêmes valeurs. J’avais envie de me rapprocher de cela, ça me fait du bien. Je recherchais cet état d’esprit, je crois qu’il n’y a que Castres qui le véhicule."

Priorité d’Urios… et de Revol

Il faut dire également que Christophe Urios avait rapidement identifié le besoin de se renforcer à son poste. Sa cible prioritaire : Yann David donc, lequel est censé amener sa densité au cœur de la ligne de la ligne de trois-quarts castraise, jusqu’à en faire son point de fixation privilégié. Une cible loin de déplaire à son président Pierre-Yves Revol, échaudé par les récents départs de Gray, Fa’asalele ou surtout Dupont vers le voisin stadiste. L’homme fort du club a su trouver les arguments pour convaincre le Toulousain et a ainsi pu savourer sa sympathique revanche. En plus de consolider son effectif, sacré champion de France en juin dernier "Cela me rappelle mon arrivée au Stade toulousain, confie David. Et l’année suivante, nous avions été champions d’Europe." Si le titre continental ne sera pas le premier objectif affiché par le CO cette saison, lui a tout pour s’épanouir dans le Tarn. à condition, encore une fois, que les malheureux pépins ne le rattrapent pas.

Par J. Fa.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?