Le vaisseau amiral

  • Le vaisseau amiral
    Le vaisseau amiral
Publié le

Ce titre confirme que le Racing est devenu, de façon pérenne, l'un des monstres des championnats des jeunes équipes.

Ce titre des cadets du Racing Club de France a confirmé le grand potentiel de cette équipe et consolidé la nouvelle place occupée par le club, tout en haut de la hiérarchie de la formation des structures professionnelles. Depuis le titre des Crabos de 2014 - génération Palu - le Racing a conquis celui des Gaudermen (2015) et trois Super challenge en moins de 14 ans. La régularité des excellents parcours de ses jeuens est devenue une norme. À la base de cette réussite se trouve le fonctionnement en coordination des trois écoles de rugby situées au Plessis, Nanterre, et Colombes, opérationnel depuis trois saisons. Le Racing a créé une fabrique à champions dont sont issus ces Alamercery. Ayant achevé leur course en demi-finale la saison dernière en Gaudermen, ils figuraient déjà dans la moyenne haute des équipes qui y sont constituées. Leur deuxième exercice chez les cadets les a conduits par un mouvement presque naturel jusqu’à ce titre arraché à la force du poignet.

Le déclic d'Oyonnax

Premiers de poule, ils sont restés invaincus. Ils n’ont concédé qu’un seul match nul face aux Lyonnais, leurs tombeurs de la demi-finale Gaudermen. Leur revanche à moitié consommée pendant la pause préliminaire, ils l’ont prise totalement en remportant à leur tour le deuxième rendez-vous consécutif, en demi-finale, sur un final à couper le souffle (14-13). Comme un pied de nez, les Lyonnais leur étaient passés devant à quatre minutes du terme par un essai magnifique. Les Racingmen leur avaient répondu par une action menée de sang-froid jusqu’à obtenir une dernière pénalité gagnante. "Une belle volonté collective était née en phase préliminaire, lors de notre déplacement à Oyonnax, raconte le co-entraîneur Philippe Lemaitre. Nous y avions gagné 6-3 un match à l’ancienne sur un terrain boueux à la limite du praticable. À partir de là, nous avons construit notre élan, et c’est pourquoi je pense que nous avons été capables d’aller chercher ce succès dans les dernières secondes sans paniquer."

L’écart de seize points en finale contre Agen dit de quelle supériorité les Racinien pouvaient se prévaloir sur le reste de la concurrence. Déjà sacré avec les Gaudermen en 2015, Philippe Lemaitre s’est donc adjugé son deuxième titre personnel. Déjà vainqueur du super challenge en 2016, cette équipe a posé sa patte sur sa génération. Personne ne dit mieux. La mécanique de formation du Racing est bien huilée.

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?