• L'arbitre a toujours raison
    L'arbitre a toujours raison
Publié le / Modifié le
Top 14

L'arbitre a toujours raison

Dès la première journée, le Top 14 a pris un sacré coup de jeune et, très franchement, ce n’est pas pour nous déplaire. 

Voir ainsi jouer les Joseph, Carbonel, Ntamack et autres Ezeala fait souffler un vent de fraîcheur sur la compétition trop systématiquement promise au culte de la puissance (financière et physique). C’est une aubaine pour le rugby français tout entier qui touche enfin les bénéfices du dispositif des Jiff même si la suite reste à écrire avec un retour à une culture de jeu à la française, basée sur le mouvement et la vitesse. N’en doutez pas, c’est à ce prix que nous retrouverons un XV de France performant dans les années à venir.

L’autre grande nouvelle de ce week-end de compétition réside dans l’affirmation d’un arbitrage plein d’autorité. Il n’a pas laissé le moindre doute quant aux intentions du corps arbitral d’assumer sa part du chantier pour faire changer le rugby, le rendre moins violent et plus sécurisant pour ses pratiquants. Si tout n’a pas été parfait, certaines décisions montrent déjà le changement et la voie que vont suivre les directeurs de jeu cette saison. à l’image de Laurent Cardona qui n’a pas hésité à expulser Sergio Parisse pour une charge sur un Perpignanais avec l’avant-bras dans la gorge de son adversaire. Nous pourrions jurer qu’en d’autres temps une telle action aurait valu une simple pénalité au troisième ligne parisien.

S’il fallait un déclic, ce pourrait être celui-là. En choisissant d’appliquer le règlement à la lettre, souvent sans l’aide de la vidéo, les arbitres ont d’emblée montré qu’ils entendaient jouer un rôle actif et majeur dans la sécurisation du jeu et des joueurs. Et pas seulement en distribuant les cartons bleus qui leur ont été confiés pour décider de la sortie d’un acteur en cas de commotion cérébrale.

Le message est clair : les directeurs de jeu assument ici leur rôle et ils n’attendront pas de nouvelles règles, plus sévères encore, pour faire appliquer le règlement. Ils n’attendront pas non plus que les joueurs prennent leurs marques. Dans l’affirmation de leur autorité, les arbitres paraissent aussi avoir retrouvé une forme de crédit qui leur avait échappé ces dernières années quand les contestations se multipliaient et que le recours trop systématique à la vidéo les déresponsabilisait.

Cela demandera là encore confirmation mais nous avons vu peu de contestations et, au contraire, des attitudes assez dignes à l’image de Parisse qui s’est bien gardé de commenter son expulsion… Si la large victoire des siens a très certainement atténué la déception de l’international italien, les arbitres doivent apprécier son nouveau silence !

Il n’y a finalement pas de secret, quand les patrons du jeu assument leur rôle tout devient beaucoup plus simple. Vivement la suite.

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir