• L’aviron, avec son cœur
    L’aviron, avec son cœur
Publié le / Modifié le
Compétitions

L’aviron, avec son cœur

Menés quasiment tout au long de la partie, parfois en perdition, l’aviron a su revenir et sauver un match nul inespéré. Bayonne s’est créé un mental.

Bayonne a quand même de la « moelle » ! Revenir du diable vauvert et arracher un match nul alors que s’annonçait une défaite à zéro point, relève du cran déjà décelé face à Brive. Le scénario de la rencontre s’écrivait d’ailleurs bien mal pour les Bayonnais, dominateurs dans les dix premières minutes, en supériorité numérique et qui se trouvaient finalement menés 0 à 3, sur la seule incursion landaise. Une première mi-temps catastrophique, où les Bayonnais ne parvenaient pas à se défaire d’un adversaire qui, somme toute, n’avait qu’à attendre les occasions. « On donne 18 points aux Montois, souligne Yannick Bru, entre l’essai offert sur interception et les points manqués au pied. On perd aussi treize ballons sur la première période. C’est complètement illogique de se retrouver menés alors qu’on a la mainmise sur les premières trente minutes. » Néanmoins, ce point a été souligné aussi face à Brive, et relevé par Julien Tisseron qui se souvient des mésaventures de la saison passée, l’Aviron a des ressources. « C’est vrai qu’on ne veut pas reproduire les erreurs de l’an dernier, avance-t-il. On sait aujourd’hui qu’on peut revenir au score. La confiance est là. Cette capacité de réaction est à garder pour les prochains matchs. » 

« Un signal fort de l’état d’esprit du groupe » 

Indéniablement, en dépit de toutes les erreurs accumulées durant ce match, ce retour au score à chaque fois que le danger était présent, peut ouvrir des perspectives. « Je suis heureux de la réaction de mes joueurs, continue le directeur sportif de l’Aviron. Ils ont voulu et réussi à conserver l’invincibilité à Jean Dauger. Arracher le nul à la 82e, c’est un signal fort de l’état d’esprit du groupe. C’est quelque chose sur laquelle on peut capitaliser. Ça doit être une fondation de notre projet et il commence à prendre forme. » 

Et cette force mentale, l’Aviron en aura bien besoin pour ses deux premiers déplacements, à Massy puis à Oyonnax.

midi olympique
Réagir