Ciel dévoilé

  • Ciel dévoilé
    Ciel dévoilé
Publié le , mis à jour

Ce succès, acquis grâce à de solides bases en mêlée incarnées par le gaucher Vivien Devisme permet aux Corréziens de lancer leur saison.

Si il y a bien une once de certitude qu’ont les Brivistes en ce début de saison c’est que leur mêlée fermée tient la route. L’édifice entraînée par Didier Casadéï est en train de s’imposer comme une des valeurs sûres d’un projet de jeu en totale reconstruction et qui nécessite encore du temps et de la patience, même pour les plus exigeants des supporters. Qu’importe, à défaut de voir un jeu parfaitement léché vendredi soir — au diable les nombreuses fautes de main — le public corrézien a pu se rendre compte de l’excellente forme de son huit de devant. Il fallait bien ça pour réveiller la machine briviste, enrayée ou plutôt endormie en début de rencontre. "Il y a eu beaucoup d’imperfections, nous avons manqué d’humilité aussi. Par moment, on a essayé de trop jouer et on a fait trop de fautes. Il faut qu’on se regarde dans le miroir", délivrait le manager Jeremy Davidson, malgré tout soulagé et satisfait après la rencontre. Et qui attend désormais de voir ses joueurs comme "aux entraînements." Le manager a dû être rassuré aussi de voir l’assise prise par sa mêlée fermée. En prenant le dessus sur leurs vis-à-vis haut-garonnais dès la première mêlée à la 14e minute, les Vivien Devisme, François Da Ros et Demba Bamba ont donné le ton.

Une Éclaircie venue du nord…

Pour le gaucher Vivien Devisme (1,75 m, 112 kg), 26 ans, c’était en plus "un match particulier" : passé par le centre de formation de Colomiers en 2011,avant de faire un tour du côte de Perpignan et de Soyaux-Angoulême alors engagé en Fédérale 1, le Nordiste a fait vaciller plusieurs fois Damien Weber avant de s’attaquer à Hugo Pirlet. En première mi-temps, cinq pénalités furent obtenues dont quatre sur introduction columérine. Il y eut aussi un essai de pénalité. De quoi donner le sourire au Calaisien qui attaque sa troisième saison avec la tunique noire et blanche. Avec déjà deux titularisations à son compteur, Vivien aspire à être un incontournable du poste. "Nous voulions les marquer mentalement et physiquement. On sait que le Pro D2 se joue aussi sur la mêlée. Dans la tête, les avancées ont permises de remobiliser les avants mais aussi les trois-quarts notamment avec le carton jaune de Joe Snyman", appréciait-il calmement après la rencontre. Avant d’expliquer l’alchimie avec ses deux compères de première ligne  : "Demba est fort comme un bœuf et c’est vrai qu’il y a une belle alchimie avec François Da Ros et lui. Après Mont-de-Marsan en préparation, on s’est rassuré à Bayonne et on a beaucoup travaillé sur le "serrage" et la vidéo. On a beaucoup discuté pour pallier à tout problème et être le plus performant possible et le plus serein. Il fallait, devant le public, dominer notre adversaire et montrer qu’on n’allait pas faire de cadeau." Avec cette force, Brive va pouvoir aborder les matchs plus sereinement. Et qui sait, commencer à être redouté, du moins, en mêlée fermée. Chaque chose en son temps.

Par Enzo DIAZ

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?