• FAIRE SIMPLE
    FAIRE SIMPLE
Publié le / Modifié le
Top 14

FAIRE SIMPLE

La Rochelle - Assurer avant de faire compliqué. Xavier Garbajosa souhaite, cette saison, injecter plus de pragmatisme dans le jeu de ses trois-quarts. À appliquer samedi à Toulouse.

Les pieds sur terre. Le début de saison poussif de La Rochelle, après une victoire aux forceps contre Grenoble (28 à 21) et une large défaite à Montpellier (36 à 14), ne soulève pas le même enthousiasme que lors des deux dernières saisons. Dire le contraire serait mentir. "Ça se met en place, on est moins alarmistes que si l’état d’esprit n’était pas présent. On n’est pas encore au niveau auquel on était ces deux dernières années en termes de jeu, il faut le reconnaître, mais on travaille pour y arriver", affirme l’entraîneur des avants, Grégory Patat.

Travailler, c’est justement ce que Xavier Garbajosa, en charge des trois-quarts, n’arrête pas de faire avec ses hommes pour aller cette saison vers une nouvelle direction. Le match à Montpellier l’aura certainement confirmé dans ses choix avant d’affronter le Stade toulousain. Voilà un moment toujours particulier pour lui, en raison de l’histoire qui le lie à ce club. Mais la rencontre de cette saison en Haute-Garonne ne comportera pas forcément son lot d’émotions. L’esprit du technicien de 41 ans est, en effet, focalisé depuis des semaines vers un projet de jeu qui évoluera d’abord à partir de plus de simplicité.

"La charrue avant les bœufs" 

Cette nouvelle orientation n’est pas un coup de balai. La Rochelle conserve les fondations qui ont fait sa force et sa réputation, avec "une forme de jeu fait de déplacements des hommes et du ballon" définit Xavier Garbajosa. "On essaye d’amener certains principes d’améliorations à l’équipe pour son futur", ajoute-t-il. S’il y a un principe qui guide sa volonté, c’est bien celui de la simplicité. "On est persuadé qu’il vaut mieux commencer par le simple et finir par le compliqué. Ce n’est pas péjoratif de dire ça, ce n’est pas se rabaisser. C’est la réalité. On veut faire du complexe mais on a peut-être mis la charrue avant les bœufs."

Ce constat, il l’a fait à partir de ce qu’il a vu ces saisons dernières. Garbajosa entame en effet sa cinquième année à la tête des trois-quarts en Charente-Maritime et il a désormais un certain recul. "Tout le travail effectué par les joueurs sur le terrain doit être payé. On l’a vu la saison dernière ou les précédentes, on avait beaucoup de volume de jeu mais on repartait sans rien. Et cela générait beaucoup de frustration au niveau du groupe. On doit gommer ce genre d’écueil et être plus pragmatiques », dit-il. À Montpellier, samedi dernier, le technicien ne disait pas autre chose. "Les choses simples, il faut savoir les faire, avant même de penser à envoyer et à franchir de partout." Contre Toulouse, une dose de pragmatisme sera particulièrement à apporter dans les sorties de camp face à une équipe qui sait se nourrir des ballons reçus pour marquer des essais. Dans ce secteur, Grenoble avait déjà servi d’alerte. 

Par Arnaud Bébien 

midi olympique
Réagir