Nevers a souffert

  • Nevers a souffert
    Nevers a souffert
Publié le

Les Neversois sont venus à bout des Massicois, 17-6. Bien lancés, ils ont fini par souffrir sur leur pelouse du Pré-Fleuri afin de repousser de coriaces adversaires.

Le résumé

Même si la mêlée massicoise montra d’emblée sa capacité à tenir la dragée haute à sa rivale, tout sembla facile à une équipe nivernaise lancée sur les bons rails. Seulement, l’essai inscrit par Fred Quercy, à la 14 e minute, et transformé par Nicolas Vuillemin, ne marqua pas le début des festivités et seule une pénalité du botteur local vint s’ajouter aux sept précédentes unités. Cet écart de dix points, les Essonniens auraient très bien pu le réduire à néant au prix d’une seconde période autrement plus engagée de leur part. Bousculé, privé de son capitaine Hugues Bastide pendant dix minutes, le XV de Nevers laissa les commandes aux visiteurs qui ne surent pas en profiter. Mathieu Lorée, entré après la pause, n’inscrivit que deux des quatre pénalités qu’il tenta. Alors que les Jaunets s’échappèrent enfin au bout de plusieurs temps de jeu magnifiés par une percée de Nasoni Naqiri que termina en terre promise son compère Josaïa Raisuqe. A 17-6 et dix minutes à disputer, les Franciliens s’envoyèrent pour arracher un bonus défensif pas immérité mais la défense bourguignonne fut héroïque jusqu’au bout. Un contre, après la sirène, aurait même pu donner aux Neversois le bonheur d’un bonus offensif mais un ultime en avant priva le public de cette euphorie.

Le fait du match : Vous avez dit bizarre…

Cette rencontre fit passer les spectateurs par toutes les couleurs. Si le pack massicois surprit par sa force et sa puissance, la domination neversoise, en début de rencontre, fut presque insolente. Il lui manqua l’efficacité car chacun eut, à la mi-temps, l’impression bizarre que ce 10-0 ne récompensait pas une équipe supérieure et qui n’avait vu sa rivale qu’à deux reprises dans ses 22. Bizarre aussi la soudaine déclivité du jeu local après les citrons et ce sentiment que les Essonniens allaient ramener quelque chose de leur déplacement. Et puis, soudain, les Jaunets sonnèrent la révolte. Les avants enfilèrent le bleu de chauffe et les trois-quarts firent craquer les barbelés franciliens. Massy, à force de percussions et de ballons envoyés aux ailes, sembla arriver à ses fins mais à la 76 e , il échoua aux pieds des poteaux. La mêlée qui s’ensuivit permit aux locaux de récupérer le cuir et, dans une farandole incroyable, le cuir vola de main en main pour l’essai du bonus… qu’un en-avant fit avorter. Bizarre.

L’action du match : la révolte neversoise

59e minute. Massy est revenu à 10-6. John Madigan capte le cuir dans l’alignement et amorce un maul. Dans une furie défensive, le pack neversois renverse son homologue massicois et le géant irlandais est poussé en touche. La remontada francilienne vient de s’achever. Les Nivernais ont retrouvé leur hargne et dix minutes plus tard, l’essai de Raisuqe sonnera le glas des espoirs visiteurs.

Les meilleurs

A Nevers : Naqiri, Derrieux, Fraser, Quercy, Bastide, Kazubek. A Massy : Bituniyata, Madigan, Abraham, Delhommel, Soave.

Par Antoine Deschamps

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?