Bouchet double

  • Bouchet double
    Bouchet double
Publié le

Laurent Bouchet - Talonneur de pau. Pour la première fois depuis septembre 2017, il va enchaîner deux titularisations en Top 14, profitant de la blessure de Quentin Lespiaucq-Brettes.

Il avait coché la date. Ce jour où il ferait son retour à Grenoble, là où Laurent Bouchet s’est construit en tant que rugbyman après une saison à Pont-de-Claix. Le talonneur isérois espérait fouler la pelouse du stade des Alpes. Le destin lui a même offert une place de titulaire dimanche dernier face à son club de toujours. C’était la première fois qu’il entrait sur une pelouse de Top 14 avec le numéro 2 dans le dos depuis le 28 octobre 2017. Face à Clermont, ce samedi, il sera de nouveau titulaire, profitant de la blessure de Quentin Lespiauq-Brettes dès la 3e minute face à Toulon. Enchaîner deux titularisations en Top 14 ne lui était plus arrivé depuis quasiment un an. Sa première année en Béarn avait pourtant bien débuté mais Laurent Bouchet a été ensuite rattrapé "par une vieille blessure au cou" au mois de janvier. Sa fin de saison se résume alors à soixante-dix minutes de temps de jeu. "J’ai mis du temps à me soigner. Puis, l’équipe tournait bien. Elle était lancée et il n’y avait plus le temps pour faire des rotations. C’était assez logique."

« j’aime quand la concurrence est saine »

Aucune amertume chez lui car après sept saisons à Grenoble, il voulait découvrir autre chose. "La descente du FCG m’a aidé dans ma décision mais c’est quelque chose à laquelle je réfléchissais depuis un petit moment car c’était important pour moi de tenter une nouvelle expérience ailleurs. Je pense qu’au niveau aventure humaine et introspection, j’en avais besoin parce que j’avais tout connu à Grenoble, les joies comme les peines. J’avais fait le tour. Pour mon expérience personnelle, c’était important de voir autre chose."

Pourtant, le poste de talonneur semble aujourd’hui dévolu à Quentin Lespiaucq-Brettes mais Laurent Bouchet garde le sourire : "Je suis très heureux à Pau et ravi de cette nouvelle expérience. Il n’y a rien que je regrette. Aussi bien sportivement que personnellement, je m’épanouis vraiment. Quentin avait déjà explosé en fin de saison ; avant que j’arrive. Il a beaucoup de qualités. Je ne me prends pas la tête avec ça car j’aime quand la concurrence est saine. J’ai des choses à prendre chez lui et j’aime bien m’en inspirer. C’est important, il faut être intelligent. Je suis content pour lui, même s’il doit faire face à une blessure en ce moment. En rugby, il faut garder les pieds sur terre car tout peut aller très vite, dans un sens comme dans l’autre. Il ne faut pas être envieux ni jaloux car ça n’apporte que du mauvais."

Des automatismes

Laurent Bouchet a donc attendu son heure et ce coup du sort intervenu lors de la 2e journée. Malgré les quatre-vingt minutes face à l’armada toulonnaise qui ne lui ont pas permis de marcher normalement pendant trois jours, il profite de chaque minute : "ça fait toujours du bien d’enchaîner. Ce n’est que du bonheur en ce moment." La venue de Clermont, l’équipe en forme de ce début de championnat, s’annonce comme un sacré challenge. "C’est le plus gros match de l’année qui nous attend au Hameau", concède-t-il avec une certaine excitation dans la voix.

Mais depuis un an, il a appris à connaître les forces de la Section paloise : "Nous sommes une équipe surprenante car personne ne nous attend à ce niveau-là. Nous avons beaucoup de ressources mais nous ne sommes pas les plus costauds, ni ceux qui vont le plus vite. Mais je pense que l’on joue ensemble. Nous sommes aussi sur une certaine stabilité car il n’y a pas eu beaucoup de changements à l’intersaison. On se connaît tous très bien et nous avons des automatismes. Surtout, je sens que l’on aime jouer ensemble, avec des gars intelligents, donc notre collectif parle, même si nous avons des individualités qui nous apportent beaucoup." Un collectif dans lequel Laurent Bouchet veut se fondre avec succès.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?