• Pile tu gagnes... Face tu perds
    Pile tu gagnes... Face tu perds
Publié le / Modifié le
Compétitions

Pile tu gagnes... Face tu perds

Dans ce match fermé, intense et âpre, c'est évidemment et incontestablement l'essai de l'ouvreur Stuart Olding qui a fait basculer la rencontre en faveur des Corréziens et ce à 11 minutes de la fin.

L’action du match

Celle d'un collectif corrézien qui n'a jamais renoncé à l'image de Stuart Olding qui a débloqué la situation pour les brivistes.The right man in the right place comme disent nos voisins de l'autre côté de la Manche. Un temps fort, plusieurs points de fixation à cinq, quatre, trois, deux et même un mètre... et l'homme de l'essai parfaitement décalé de trouver le trou de souris pour aller à Dame.

Le résumé

Dans cette partie de poker menteur, le RC Vannes avait un jeu de première main. La preuve, il fut en tête au tableau d'affichage de la 6e à la 69e minute. Mais le CA Brive a sorti de sa manche la carte qu'il fallait abattre au bon moment. Oldin, puisque c'est de lui qu'il s'agit, a alors, à 11 minutes de la fin ruiné les espérances vannetaises qui s'étaient renforcées au fil des minutes. Et comme un pied de nez à l'histoire, Laranjeira jusqu'alors impeccable, s'est offert le luxe de rater la transformation à 12 m quasiment face aux perches ! Ce fut là l'épilogue d'une rencontre qui a défaut d'être de haute tenue n'en aura pas moins été un combat d'hommes.

Flashback

Le 9-3 à la pause, lu ainsi dans toute sa sécheresse, pouvait légitimement faire naître des regrets parmi les inconditionnels de la Rabine. En fait, cette marque étriquée, ce score à l'ancienne, n'était que le résultat d'un combat de tous les instants. Les 40 minutes initiales ne furent pas inintéressantes pour autant, bien au contraire. Les deux équipes jouèrent un poker menteur, affichant cette volonté de camper sur des positions défensives bien établies avec un premier rideau infranchissable aussi bien côté morbihannais que corrézien. Pas de chevauchées lyriques, sabre au clair, mais davantage une lutte stratégique de positions, jeu d'échec où aucun protagoniste ne parvint à mettre échec et mat son adveraire. L'avantage des vannetais alors à la pause, reflétait assez fidèlement la physionomie d'une première mi-temps, riche en initiatives, mais sans que ces intentions n'aboutissent.

Brive s'installe

La seconde période ressembla fort à ce qui avait précédé. Mais au fil des minutes, la vaillance vannetais s'émoussa et le groupe breton connu quelques difficultés à remonter les ballons. 3 pénalités ratées, un drop - celui qui aurait pu être celui de la victoire 79e – contré, Christophe Hilsenbeck n'était pas dans un bon jour. Pour autant, on ne doit pas lui imputer la défaite. A user son adversaire, Brive récolta les royalties en fin de rencontre.

L’homme du match : Vivien Devisme

Sorti à la 77e minute de jeu, Vivien Devisme le pilier gauche de ce groupe corrézien aura été tout simplement impeccable. De tous les combats, il a gratté de nombreux ballons dans les zones de rucks et mis ainsi ses partenaires dans la confiance. Un travail obscur, pas vraiment visible, mais ô combien rémunérateur pour le collectif.

Les meilleurs joueurs : RC Vannes : Fry, Tafili, Vosawaï, Cramond, Tuohy, Vulivuli. Brive : Olding, Devisme, Hireche, Le Bourhis, Johnston, Galala.

midi olympique
Réagir