• Le Gal, la botte de Nevers
    Le Gal, la botte de Nevers
Publié le / Modifié le
Pro D2

Le Gal, la botte de Nevers

Menés durant 76 minutes, les hommes de Xavier Pemeja sont allés chercher une victoire venue d'ailleurs (12-16) sur le terrain d'Aurillac.

Pourtant, on a craint d'emblée pour les Cantaliens. Sur le coup d'envoi, Nevers lance un mouvement d'une minute trente, privant les locaux de ballons et envoyant, par le jeu, clairement ses intentions pour ce déplacement. Puis, tranquillement, Le Stade aurillacois reprend ses esprits et pose son jeu. Pas le temps de gamberger et sur le premier mouvement des locaux, on croit qui Lohore file à dame. En avant estime M ; Millotte qui revient sur une pénalité en faveur des locaux. Derrière la pénaltouche de Segonds, Aurillac se construit, l'Uson se consomme et Adendorff va bonifier cette belle domination d'un essai en force (5-0, 9e). Nevers ne panique pas et semble poursuivre son plan de jeu. Henry valide ce bon passage par le pied (5-3, 16e), mais Aurillac a pris la main sur la conquête, avec notamment une mêlée très efficace. Pour preuve, M. Millotte n'hésite pas une seconde, filant sous les perches pour un essai de pénalité après une énième faute du pack neversois (12-3, 31e). À Nevers, on tente bien d'inverser la tendance, mais on bute sur le bloc défensif local, en plus des innombrables en-avant, au contact ou pas (9). Seule la botte de Henry (12-6, 37e), laisse de l'espoir à la pause. Et puis vient l'heure de M. Millotte qui va siffler à sens unique en seconde période, du moins ne pas siffler à l'avantage des Aurillacois archi dominateurs en conquête, surtout en mêlée. L'Uson ne trouve aucun solution dans le jeu et s'en remet encore au pied de Henry pour réduire la marque (12-9, 53e). Même s'ils se sont fait remonter les bretelles, les Neversois n'arrivent pas à franchir le rideau cantalien. Aurillac, zéro faute sifflés en seconde mi-temps dans le camp de l'Uson, un essai refusé et une pénalité oublié dans les dernières secondes, derrière la mêlée. Alors on laisse jouer, Tarrit vient gratter et l'Uson plante un contre de 70 mètres pour crucifier Aurillac. Des locaux frustrés d'un investissement pas récompenses. Des visiteurs heureux d'avoir gagné "en étant mauvais", mais "en défendant très bien en seconde", analysera Xavier Péméja.

Le tournant du match

On joue la 57e minute. L'Uson joue une mêlée sur ses cinq mètres. L'effort aurillacois est bon au point que le ballon est cafouillé par Nevers et surtout mal libéré. Isolé de tout contact, le ballon est récupéré par Thomas Dubourdeau qui lance Jean-Philippe Cassan. Le centre aurillacois marque sous les perches. Essai refusé sur une position de hors-jeu inexistante. Aurillac ne mènera jamais 19-9 pour le coup et perdra la rencontre dans les dernières secondes.

L'essai du match 

Aurillac joue une mêlée dans les 30 mètres de l'Uson. Plus fort dans l'exercice depuis le début de la rencontre, les Aurillacois poussent, avancent une nouvelle fois. Le juge de touche signale une faute pour Aurillac, mais Laurent Millotte fait la sourde oreille. Le sifflet n'ira jamais à la bouche. Tarrit n'en demande pas temps pour venir gratter le ballon et lancer un contre de 70 mètres conclut en bord de troche part Le Gal.

L'homme du match : Laurent Millotte

Les anciens se rappellent encore d'un Aurillac-Auch, saison 2011-2012 et un hors-jeu inexistant qui avait coûté la victoire aux locaux. Les plus jeunes se rappellent l'an dernier et l'épisode Montauban qui a privé Aurillac d'une victoire dans les dernières secondes. M. Millotte rajoute donc une page à son livre « d'amour » avec les Cantaliens avec des décisions fâcheuses en seconde période, mettant dorénavant les Aurillacois dans une position délicate au classement.

Par Jean-Marc Authié 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir