• Stéphanie Biscaye
    Stéphanie Biscaye
  • Colomiers se donne de l'air
    Colomiers se donne de l'air
Publié le / Modifié le
Pro D2

Colomiers se donne de l'air

Dans un match cadenassé dans un premier temps, Colomiers a su forcer les débats au cours d'un second acte maîtrisé et abouti pour finalement s'imposer 27-10 face à Biarritz. Une victoire qui va faire énormément de bien dans les têtes haut-garonnaises.

Le résumé du match

Au pied du mur et quatorzièmes avant le coup d'envoi, les Columérins attaquaient les débats avec énormément d'envie et d'engagement. Joris Cazenave avait l'opportunité d'ouvrir la marque à la 7ème minute mais son coup de pied des quarante mètres passait trop à gauche. Preuve de l'aprêté des débats, le troisième ligne Curtis Browning devait sortir pour se soumettre à un protocole commotion à la 9ème minute. Biarritz, sevré de ballons décidait de se montrer avec Ximun Lucu qui échappait à deux plaquages à la 12ème minute. Mais l'action était avortée par un en-avant,. La 14ème minute servait de révélateur à la physionomie de la rencontre : sur une mêlée dans leurs propres 22, les avants haut-garonnais prenaient une première fois le dessus sur leur vis-à-vis. Un premier gros temps fort intervenait avec une belle disponibilité de François Fontaine à la 16ème minute. Très en vue, le talonneur Youssef Saaidia était retourné sur la ligne d'en-but. Joris Cazenave ouvrait le score à la 17ème minute (3-0) alors que Browning effectuait son retour sur la pelouse. Le reste de la première période se résumait à un gros déchet technique (touches non trouvées de Poet, multiples en-avants, pas moins de six côté haut-garonnais ), de la tension dans l'air, les blessures de Josaia Cama (épaule) et du capitaine de Colomiers Romain Mémain (adducteurs). Et la domination en conquête des joueurs du trio Baragnon – Dantin – Sarraute. C'est pourtant Biarritz qui égalisait après la sirène par Maxime Lucu (3-3) sur une position de hors-jeu.

Au retour des vestiaires, l'envie n'avait pas quitté les partenaires de Romain Mémain. Cazenave rajoutait trois points à la 46ème (6-3). Le tournant du match se produisait avec le carton jaune de Bertrand Guiry à la 51ème minute, sanctionné pour un plaquage haut sur Saaidia. Au lieu de prendre les points, les Haut-Garonnais choississaient la mêlée fermée. Une option payante puisqu'après quatre temps de jeu Joris Cazenave se faufilait dans un trou de souris en sortie de ruck pour aller derrière l'en-but. Le demi de mêlée transformait lui-même son essai (13-3). Très indisciplinés, les Biarrots craquaient une nouvelle fois à la 63ème sur un essai de Fontaine (lire essai du match). Avec une avance de 17 pts (20-3) à l'approche du dernier quart d'heure, Colomiers se relâchait un tout petit peu à la 74ème (20-10) en encaissant un essai de Penitito. Mais ce sont bien les joueurs à la Colombe qui avaient le dernier mot avec un essai de Fajardo à la 80ème minute (27-10).

 

Le fait du match : La conquête columérine au rendez-vous

Depuis le début de saison, elle était une des satisfactions columérines. Ce vendredi soir, la conqûete columérine n'a pas manqué son rendez-vous. Les trois-quarts ne s'y trompaient d'ailleurs pas en félicitant leur huit de devant à la 14ème minute. En récupérant cinq pénalités en mêlée, dont une sur introduction adverse les avants ont facilité les choses. La première ligne Weber – Saaidia- Bekashvili s'est montré particulièrement à son avantage, très forte sur les bases en mêlée fermée et dynamique à souhait dans le jeu courant. Youssef Saaidia, le jeune talonneur casqué, véritable petit taureau furieux et pur produit du centre de formation columérin a prouvé qu'il faudrait continuer à compter sur lui.

 

L'essai du match : François Fontaine à la 63ème

C'est l'essai du break pour Colomiers. Tout part d'une pénaltouche récupérée par Maxime Granouillet, Saaidia va percuter et le jeu rebondit sur la gauche. Entré en jeu, le demi d'ouverture Brandon Fajardo se met en évidence en délivrant un subit coup de pied rasant dans le dos de la défense biarrote. Le numéro 13 François Fontaine est le plus prompt pour se jeter dans l'en-but et aplatir. À 20-3, Biarritz ne s'en relèvera pas.

 

L'homme du match : François Fontaine

Youssef Saaidia, omniprésent dans le jeu courant, féroce dans l'engagement, ou encore le capitaine – après la sortie de Romain Mémain- Mihai Macovei auraient mérité ce titre tant leurs prestations ont pesé sur les débats. Mais il ne faut pas oublier non plus tout le travail abattu par François Fontaine, que ce soit défensivement ou encore offensivement. Le jeune centre de 23 ans n'avait plus joué cette saison depuis un protocole commotion subi à Brive lors de la deuxième journée. Passé par les équipes de jeunes de Clermont et de Castres, columérin depuis la saison dernière (six feuilles de matchs l'exercice précédent) l'athlétique centre (1,87 m, 95kg) formé à Sancy dans le Puy-de-Dôme a une nouvelle fois livré un match solide. Tranchant dans ses iniatives, alerte et réfléchi sur ses interventions à l'image de son coup de pied rasant en première mi-temps, Fontaine a inscrit son deuxième essai de la saison. Avec la blessure longue durée de Grégoire Maurino au centre, et malgré l'arrivée imminente du namibien Johan Deysel, il a aussi sans doute voulu envoyer un message au staff qui sait qu'il peut compter sur lui.

Les meilleurs : à Colomiers, Weber, Saaidia, Sheklashvili, Granouillet, Browning, Macovei, Fontaine, Fajardo ; à Biarritz, Guiry, M.Lucu, Lazzarrotto, X.Lucu.

 

Par Enzo Diaz.

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir