• Le réveil  de la "bête"
    Le réveil de la "bête"
Publié le / Modifié le
Top 14

Le réveil de la "bête"

Montpellier - Les Héraultais profitent d’un contexte très avantageux pour décrocher leur deuxième succès, le premier bonifié et font ainsi le plein de confiance en remontant à la septième place. Pour son retour, l’indispensable Nemani Nadolo a été monstrueux.

"L’heure est venue de faire tourner notre saison." Nemani Nadolo est un personnage entier qui ne fait jamais les choses à moitié. Alors, pour tenir parole, le Fidjien y est allé de son doublé. Tout en délivrant au passage deux offloads splendides dont il a le secret, qui ont amené deux essais. À lui seul, l’ailier à presque tout changé. Son énergie débordante et sa fraîcheur mentale ont insufflé un vent nouveau. Et la promesse d’une rébellion collective a été tenue. Dans les pas du colosse, Pienaar (quinze points inscrits) est enfin redevenu "Ruan", ressourcé et reboosté, après son escapade irlandaise auprès de sa famille, offerte par Vern Cotter. Et Louis Picamoles, auteur d’un quadruplé, a incarné ce redoutable numéro 8, dense physiquement, qui manquait au MHR jusqu’alors. Dans les attitudes et ce, dès l’entame, les Cistes ont tous été irréprochables et se sont comportés en équipe. Un enseignement, à relativiser à la vue de la faiblesse de l’opposition, mais qui reste tout de même une première réponse rassurante sur l’âme de cette équipe.

Un esprit incarné par Nemani Nadolo dont l’impact sur le jeu de son équipe est immense. Intenable dimanche, le numéro 11 a tout emporté sur son passage. Et sa capacité à multiplier les efforts, accrue par rapport à l’an passé, a impressionné. Une quête personnelle, que l’intéressé nous expliquait dans la semaine : "J’ai perdu sept kilos et je souhaite poursuivre mon régime. Si je parviens à enchaîner les matchs sur les trois prochains mois, je devrais être à mon poids idéal pour Noël. La saison dernière, j’ai tourné autour des 142 ou 143 kg en moyenne et je pèse désormais 135 kg. Mon intension est de devenir plus qu’un simple ailier finisseur. Et c’est en cela que ma perte de poids sera un atout, surtout si je perds encore sept ou huit kilos. Mon but est d’augmenter ma capacité à répéter les efforts et à me déplacer pour participer beaucoup plus au jeu."

Serfontein/Goosen, les autres facteurs X

Inarrêtable sur son aile, Nemani Nadolo a également souvent dézoné pour venir apporter sa force de pénétration en premier attaquant. Et n’a pas non plus hésité à batailler dans les rucks pour ralentir les offensives adverses, tout en se montrant très appliqué en défense. L’îlien, de nature discrète, est aussi de plus en plus démonstratif sur le terrain, pour appeler les ballons, repositionner ou motiver ses coéquipiers. La leçon ? Le MHR est toujours aussi dépendant de son joueur hors-normes. Même s’il réfute totalement ce constat flagrant : "Non pas du tout, car il y a beaucoup de joueurs de grande classe à Montpellier et tout ne tourne pas autour de moi. Mais quand je joue, je me fixe un haut niveau d’exigence à atteindre. On doit tous être individuellement au top dans nos rôles et au service de l’équipe."

Une question se pose alors : quel visage ce Montpellier va-t-il afficher lorsque Nadolo sera blessé ou que l’adversaire parviendra à le museler à plusieurs ? Et comment adapter ses lancements de jeu, dont la plupart sont basés sur les différences faîtes par le Fidjien sur les premières collisions, notamment après mêlée ? "Cette saison, j’aimerais qu’on parvienne à trouver des solutions ou à marquer des essais sans avoir à se reposer sur Louis Picamoles ou Nemani Nadolo", souhaitait Vern Cotter il y a peu.

Le manager héraultais devra encore attendre, puisque les éléments cités ont inscrit dimanche six des dix réalisations marquées par son équipe… Mais les belles prestations de Johan Goosen et Jan Serfontein, ou le doublé de Benjamin Fall, prouvent que les Cistes peuvent compter sur d’autres individualités capables de débloquer des situations en se montrant décisives. Suffisant pour dominer un adversaire plus expérimenté et accrocheur que ces jeunes toulousains ? Certainement pas. Les Héraultais devront encore élargir leur palette offensive pour parvenir à être dangereux sans Nemani Nadolo.

Comme dans un rêve, Montpellier a fait tourner sa saison et reprit en main sa destinée. Mais attention, le réveil pourrait être brutal à Aimé Giral samedi prochain si les Cistes ne retiennent pas les leçons du passé : "Nous devons être plus constants dans nos performances pour franchir d’autres paliers", conclut Nemani Nadolo. 

Par Julien Louis 

midi olympique
Réagir