• Nevers repousse Oyo et prend la tête
    Nevers repousse Oyo et prend la tête
Publié le / Modifié le
Pro D2

Nevers repousse Oyo et prend la tête

En parvenant à battre Oyonnax 19-16 dans son stade du Pré-Fleuri, Nevers s’est hissé au sommet du Pro D2. Même si elle fut parfois douloureuse à obtenir, cette victoire confirme sa place chez les cadors de la division.

Le résumé

Ce choc de la neuvième journée débuta par une accumulation de maladresses chez les Nivernais, les empêchant de mettre à distance des Oyonnaxiens fidèles à leur réputation de solidité. Le bras de fer offrit donc aux buteurs des deux camps le loisir de solliciter le planchot. Dans ce domaine, si Quentin Étienne fit mouche à sa première tentative, il manqua la cible deux autres fois. Lucas Chouvet, qui le suppléa, ne fut pas plus précis et c’est donc Nevers, grâce à son bombardier Zack Henry, qui prit les devants. Mais à 6-3 juste avant la pause, rien n’était joué. Ce fut pourtant le moment choisi par les Bourguignons pour pousser les visiteurs à la faute. Un carton jaune pour le pilier Hoani Tui et il n’en fallut pas plus pour qu’après une pénaltouche, le maul s’organise et que Zachary Guildford fasse parler son expérience et sa puissance pour marquer l’essai, évidemment transformé par Henry. En deuxième période, l’écart n’évolua quasiment pas jusqu’à la 67e minute où les deux équipes se retrouvèrent à 19-9, Aux deux buts d’Henry, Étienne avait répondu avec autant d’efficacité. Une gourmandise lors d’une relance entre Hugo Fabrègue et Loïc Le Gal, donna ensuite à Oyonnax le droit d’espérer mieux que ce voyage à vide. En dépit d’une défense locale arc-boutée dans ses 22, les Haut-Bugistes finirent par marquer en force grâce au remplaçant Simon Njewel. La botte d’Henry, du milieu du terrain ne put sortir les joueurs de l’Ain du bonus défensif, et ces derniers eurent une balle de match. Mais la meilleure défense de Pro D2 annihila l’ultime espoir de la meilleure attaque !

L’essai du match : Guildford au milieu du pack

La première mi-temps touche à sa fin. Nevers obtient une pénalité dans le camp oyonnaxien et Gautier Gibouin la joue rapidement à la main. Certains joueurs d’Oyonnax ne sont pas à dix mètres mais bloquent tout de même le troisième ligne aile neversois. Nouvelle pénalité et carton jaune au pilier Hoani Tui. Les Nivernais prennent l’option pénaltouche et malgré une belle résistance de Valentin Ursache et ses avants, ils progressent jusqu’à ce que l’ailier Zac Guildford jaillisse du maul tel un diable de sa boîte et plante le cuir dans l’en-but.

Le joueur du match : Zac Henry

Titularisé pour la seconde fois, l’ouvreur Zac Henry a pesé de tout son poids dans cette rencontre. Actif en défense, à l’image de son placage sur le centre Teddy Stanaway (32e’), perforant en attaque, comme sur ce franchissement à la 58e’, l’Anglais de Nevers a su animer sa ligne de trois-quarts. Cherry sur le cupcake, il réussit les cinq premiers coups de pied qu’il eut à mettre sous sa botte (quatre pénalités et une transformation). Son seul échec en la matière intervint à la 79e’, lorsque le cadre sa déroba devant sa frappe de près de 50 mètres…

Les meilleurs

A Nevers : Raisuqe, Bolakoro, Guildford, Henry, Faleali’i, Gibouin, Barjaud, Mataradze, Sénéca. A Oyonnax : Étienne, Millet, Stanaway, Hall, Grice, Battye, Raynaud.

Par Antoine Deschamps

midi olympique
Réagir