• Fidjiens de France
    Fidjiens de France
Publié le / Modifié le
Top 14

Fidjiens de France

Combien sont-ils, au juste ? Des dizaines, peut-être une centaine à avoir fait les beaux jours d’un club de l’élite française, un jour ou une décennie durant. Il y a 20 ans tout juste, le public français découvrait l’impensable : un joueur fidjien peut, seul ou presque, faire gagner son équipe. Waisale Serevi, Viliame Satala puis Vilimoni Delasau à Mont-de-Marsan, Eremodo Tuni à Bourgoin-Jallieu avaient si peu besoin de leurs coéquipiers, pour marquer, qu’ils remettaient à eux seuls en question les préceptes les plus basiques de ce jeu.

Le public de 2018 ne s’en étonne plus. Chaque équipe a son Fidjien. Ou presque. Parmi les 30 clubs professionnels, seuls quatre dérogent à cette règle (Toulouse, Castres, Oyonnax et Bourg-en-Bresse). Ailleurs, les habitués des stades de Top 14 se repaissent chaque week-end des dépeçages de Botia et Tuisova, grondent sur chaque raid atomique de Peceli Yato et n’apprécient pas toujours à sa juste valeur la finesse de Volavola, trop délicat pour coller vraiment à ce qu’on attend du Fidjien de son club.

Les clichés ont la vie dure, les lieux communs également. On les dit trop facilement « magiciens », « fantasques » et difficiles à enfermer dans les schémas stricts d’un Top 14 tactico-chiant. On les dit aussi taiseux, introvertis et communautaristes, comme si rien ne ressemblait plus à un Fidjien qu’un autre Fidjien. C’est grossier et évidemment faux. À Clermont, les facéties de Yato tranchent avec la discrétion de Raka. Nalaga ne quittait jamais son kava mais Nakaitaci ne dit jamais non à un verre de bon vin. Certains vivent la France en conservant les codes de leur île, le cadre idyllique en moins. D’autres épousent les traits de la vie locale avec joie, construisant leur aventure sociale selon les modèles européens.

Hommes divers et souvent attachants, les Fidjiens de France ne sont pourtant pas toujours considérés à leur juste valeur sportive. Combien d’entre eux, mal représentés auprès des clubs, souffrent d’une sous-évaluation de leurs émoluments ? C’est déplorable et même franchement minable.

Il y a plus grave encore. Pour quelques stars citées plus haut, et qui ont finalement digéré l’adaptation à la vie française, combien souffrent du déracinement ? En silence ou à grands bruits, l’éloignement est une blessure, leur isolement parfois douloureux à constater. En Top 14, en Pro D2 mais plus encore dans les strates fédérales, où ils abondent pour nourrir dans des villages l’illusion d’un « projet de grand club », les Fidjiens vendent leurs talents à bas prix et parfois, dans le package, sacrifient leur santé sociale. Isireli Temo, pilier de Tarbes en Fédérale 1, avait choisi d’y mettre un terme par la voie du suicide, il y a deux ans. Derrière le rêve se cachent parfois des drames.

Léo Faure
Réagir