• Bayonne enfonce Colomiers au bout de l'ennui
    Bayonne enfonce Colomiers au bout de l'ennui
Publié le / Modifié le
Pro D2

Bayonne enfonce Colomiers au bout de l'ennui

Pro D2 - Au bout du suspens. Ou de l'ennui. A voir. Plus de 5 minutes après la sirène, les Columérins ont eu la balle de match sous les poteaux bayonnais, suite à une mêlée. Longue à être disputée, l'épreuve de force n'a pas permis à l'USCo de remporter la rencontre. Comme tout au long de ce triste match, Colomiers n'est pas parvenu à trouver la faille dans une défense basque imperméable.

Le match

Sous une pluie battante, one s'attendait pas forcémenet à des envolées rugbystiques à Bendichou. Maisl l'impression laissée oar les deux équipes ne souffre d'aucune contestation ; entre une équipe de Colomiers qui joue pour ne pas perdre et des Bayonnais qui attendent patiemment leur heure, le spectacle n'est pas au rendez-vous. Le premier acte se résume à une succession de jeux aux pieds, plus ou moins précis et utiles. Tout cela agrémenté d'une bonne dose de fautes de main anihile  de facto toute intention de jeu de part et d'autre. C'est donc tout logiquement qu'il faut attendre la 30e minute de jeu pour voir les premiers points de la partie inscrits par la botte de Martin Bustos Moyano. Si la mêlée columérine prend le dessus, c'est le jeu au large qui pose problème. 

Si il est bien entendu que le vent et la pluie s'abattant sur la Haute-Garonne n'aident, c'est dans les décisions dans le jeu qui posent problèmes. Entre décision approximatives faites notamment d'une sans cesse volonté de prendre le centre du terrain et en-avant regrettables, la copie est pâle de ce point de vue là. Les Bayonnais, sans être révolutionnaires défendent le plomb et se servent des nombreux ballons rendus aux pieds pour les exploiter du mieux possible.

À la pause, Bayonne mène tranquillement 3-0, et c'est tout ce que l'on retiendra. La deuxième période est du même acabit comme on pouvait s'y attendre. La pluie s'intensifiant, la voilure des deux côtés se réduit comme une, très maigre, peau de chagrin. Colomiers se procure pourtant une belle occasion mais Voretamaya n'arrive pas à finir le coup, repris par Collet, très actif tout au long de la rencontre. Avant cela, l'USC, pour arranger le tout se voit réduit à 14 après l'exclusion temporaire du capitaine Romain Mémain pour brutalité. Preuve du manque de maîtrise des Columérins, ce choix préjudiciable à la 58e minute d'aller en touche à 5m de la ligne bayonnaise alors que trois points s'offraient au pied de l'arrière Larregain, action qui se termine par un n-ième en-avant à 1m de la ligne. 

Sans inspirations, les Columérins tombent sur une défense basque toujours aussi hermétique de l'Aviron. Et mêmes lorsque les occasions se présentent, le buteur loupe les deux occasions, d'abord à 0-3 pour égaliser, puis à 0-6 pour revneir dans la partie. Au bout de l'ennui, Bayonne va accroître son avantage à 5 minutes du terme. Pragmatique en attaque, efficace dans sa moitié de terrain, les joueurs de Vincent Etcheto ont pourtant souffert en fin de rencontre. L'USC va en effet passer 5 minutes dans les 22 basques et ce après la sirène mais un nouveau ballon coffré par la défense des Ciel et Blancs leur offre un succès capital, le troisième de la saison à l'extérieur. Quant aux columérins, c'est leur troisième revers de la saison à Bendichou. Inquiétants avant d'aller à Massy et de recevoir Brive. L'USC est 15e tandis que les Bayonnais confortent leur seconde place. 

 

Le fait du match : 3e victoire à l'exterieur de la saison pour l'Aviron Bayonnais 

Après Massy et Montauban c'est donc la troisième fois que les Basques parviennent à s'imposer hors de leurs bases. Un succès bâti sur une défense à toute épreuve, la condition sinequanone pour esperer quelque chose loin de Jean Dauger. 

 

Le joueur du match : Benjamin Collet 

Le troisième-ligne aile de l'Aviron Benjamin Collet a clairement été à l'image de toute son équipe. Vaillant dans ses tâches défensives, c'est même lui qui à la course a su rattrapé l'ailier Voretamaya qui filait tout droit derrière les poteaux. Victime d'un vicieux coup de genou en fin de partie, il a été évacué sur civière et emmené à l'hopîtal Purpan. Le staff redoute une entorse des cervicales. 

 

Les meilleurs

À Colomiers : Browning, Pimienta, Macovei.

À Bayonne : Collet, Saubusse, Taufa, Ducat.

 

Par Enzo Contreras

midi olympique
Réagir