• Vannes n'a pas fait rire
    Vannes n'a pas fait rire
Publié le / Modifié le
Pro D2

Vannes n'a pas fait rire

Pro D2 - Succès des Bretons (17-23) à Jean-Alric, une victoire construite notamment grâce à une première période de grande qualité. On connaissait la qualité des Bretons à s'exporter loin de la Rabine et cette capacité à ramener des points régulièrement. Ce constat sera perçu très rapidement à Jean-Alric avec une nette domination des débats pour des Bretons totalement décomplexés.

Le match

Les Vannetais n'étaient pas venus pour trier les lentilles dans le Cantal. Et ils l'ont fait savoir d'emblée après une première période en tout point remarquable. Le Bail se charge d'une première pénalité (9e) pour ouvrir le score, avant que Hickes ne vienne valider le premier essai des Morbihannais (18e) près une touche et un jeu appliqué au large. Pris à la gorge, Aurillac n'arrive pas à mettre la main sur le ballon, manque ses placages, fait preuve de fébrilité... et commet trop de fautes. Le Bail passe une nouvelle pénalité (24e), avant d'aller à dame sur un gros effort de ses gros... et une belle feinte de demi-de-mêlée sous les perches (3-18, 35e). Le pénalité de

De Wet est anecdotique, d'autant que Vannes se sent très fort. Après le jaune d'Adendorff (40+1e) pour trop de fautes cumulées des locaux, Vannes enfonce le clou dans la foulée, après un gros groupé pénétrant conclut par Blanchard (23-3, 40+2). On pense alors que la pause sera la bienvenue pour des Aurillacois en souffrance, mais surtout absents des débats. Et bien non. Vannes poursuit sa pression dans le camp aurillacois, et malgré le vent contre. Pour autant, le RCV n'arrive pas à enfoncer le clou. Le Stade aurillacois fait alors ce qu'il peut... et devra à une superbe interception de Thomas Salles sur la médiane pour aller planter un essai et inscrire les premiers points du second acte (10-23, 72). Un Aurillac qui se met alors enfin à croire en quelque chose et pousse. Bonne idée puisque Colliat file aussi entre les perches à la 78e (17-23, 78e). Malgré une dernière possession et Vannes en infériorité, Aurillac ne parviendra pas à s'en sortir. Normal, le RCV a mérité sa victoire ce soir.

L'homme du match

Le collectif vannetais aura été impressionnant vendredi à Aurillac. Bien en place et conquérants, le 15 départ et le banc sont à féliciter car ils ont parfaitement contrarié les locaux. Derrière un pack conquérant et une touche plus que dominatrice, une alternance pied-main judicieuse , la maîtrise aura été presque totale, si ce n'est six dernières minutes à gamberger quelque peu.

Les meilleurs

Tous les Vannetais.

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir