• Dourthe : "Un coaching ridicule, inutile..."
    Dourthe : "Un coaching ridicule, inutile..."
Publié le / Modifié le
Compétitions

Dourthe : "Un coaching ridicule, inutile..."

Après la défaite du XV de France face au Pays de Galles, l'ancien international tricolore Richard Dourthe fustige la gestion du match par Jacques Brunel et son staff. Une tribune musclée, représentative du ras-le-bol qui anime le consultant. 

Un rugby abouti puis une bouse ambulante. C’est l’effet que m’a fait ce France - Galles. Et ça me tue… Maintenant, le staff des Bleus nous doit à tous des réponses : pourquoi avoir procédé à ce coaching ridicule, inutile et précoce ? On sort Guilhem Guirado, le capitaine. On sort Louis Picamoles, le seul mec qui avançait à l’impact. On sort Morgan Parra, le cerveau de l’équipe et son accélérateur de jeu. Tu vas me dire qu’ils n’auraient pas pu tenir un quart d’heure de plus ? Et en plus, tu penses que je vais te croire ? Le staff des Bleus a choisi de remplacer ses leaders de jeu au moment où l’équipe avait le plus besoin d’eux et c’est à mon sens une lourde faute. Qui est resté sur le terrain ? Wesley Fofana ? Mais c’est Bernardo (le sourd-muet de la fiction « Zorro », N.D.L.R.), Fofana ! Un super attaquant mais pas un patron !

En gros, le staff a coaché pour faire comme à la télé : il a coaché pour coacher. Mais un remplaçant, il faut que ça serve, nom de Dieu ! Baptiste Serin a amené de la panique et de la lenteur au jeu de l’équipe de France ! Il a placé ses mecs, leur a fait faire la chenille autour de lui pour gêner la montée adverse et taper au pied. C’est mou, c’est poussif et peu emballant. Surtout lorsqu’en face, Gareth Davies donnait un punch incroyable à l’équipe galloise. Des points positifs ? Arthur Iturria a été monstrueux. Ce n’est pas le seul et à ce sujet, il est temps pour moi de faire un mea culpa. Je n’ai jamais été fan de Felix Lambey : je trouvais qu’il manquait de densité, j’avais peur qu’il se fasse casser la bouche au plus haut niveau. Mais sur ce France - Galles, il a offert à l’équipe de France dix fois plus de solutions que Paul Willemse. Le Montpelliérain m’a déçu. Je l’ai trouvé lourd, emprunté. Je ne veux pas déjà l’enterrer mais bon… Voilà, quoi !

« Serin a amené de la panique et de la lenteur. Il a placé ses mecs, leur a fait faire la chenille autour de lui pour gêner la montée adverse et taper au pied. C’est mou, c’est poussif et peu emballant. »

 

J’aimerais terminer sur un sujet qui me tient à cœur : Mathieu Bastareaud. Déjà, on m’explique qu’il passe de vice-capitaine à hors du groupe mais que je ne dois pas considérer ça comme un frigo. Ah bon ? Vraiment ? Ensuite, ne pensez-vous pas que Mathieu Bastareaud aurait pu être précieux sur les vingt dernières minutes, au moment où les Bleus n’arrivaient plus à franchir le rideau adverse ? Toute la semaine, j’avais entendu dire : « Bastareaud, il fait pas de jeu. Bastareaud, il fait pas de passes, blablabla… » Mais « Basta », tu dois toujours l’avoir sous le coude ! Sur le banc, il est quand même plus utile que Geoffrey Doumayrou, non ? Et puis, quand j’entends Raphaël Poulain sur Rugbyrama.fr raconter que Bastareaud doit maigrir, j’ai envie de hurler. « Basta », il est comme ça et vouloir le changer est une connerie sans nom ! Nous, Français, aspirons toujours à une élégance qui n’a parfois pas lieu d’être au rugby. Moi, j’ai joué cinq fois les All Blacks (pour trois victoires) et je vais vous dire un truc : quand Andrew Mehrtens et Tana Umaga étaient emmerdés par la défense adverse, ils donnaient la balle à Jonah Lomu qui cassait trois plaquages, sans se préoccuper de savoir si c’était beau ou pas ! Les ayatollahs du beau jeu, les acharnés du french flair, lâchez-moi la grappe ! Vous me fatiguez !

midi olympique
Réagir