• Pour toi, public
    Pour toi, public
Publié le / Modifié le
Top 14

Pour toi, public

Au coeur d'une saison des plus compliqué, les supporters de l'USAP verront-ils enfin leur équipe l’emporter ? Yassin Boutemmani, le joueur le plus aligné cette année, l’espère fortement.

Le cri vient du cœur : "C’est une question d’honneur. Pour le maillot, l’honneur et surtout nos supporters. Ils sont admirables et méritent d’avoir enfin une victoire à domicile."

Yassin Boutemmani et ses partenaires le savent : s’ils ne l’emportent pas face à l’avant-dernier, ce samedi, ils risquent de ne pas connaître de succès à domicile de la saison. La Rochelle et le Racing 92, les deux derniers visiteurs, viendront en effet chercher de précieux points pour la qualification : "Ce serait très dur à accepter de tout perdre à la maison", se projette le pilier. La fatalité n’existe pas, surtout face à l’autre promu. À condition de livrer, enfin, une partie aboutie sur quatre-vingts minutes : « L’équipe n’a plus rien à perdre. Elle doit se lâcher, enfin. Notre groupe a de la qualité et doit le prouver. C’est une saison cauchemardesque. ça ferait du bien à tout le monde."

Je ne me plains pas 

Le pilier parle en connaissance de cause. Lui, le seul joueur de l’effectif aligné à chacune des dix-neuf journées, devenu si précieux par sa détermination et sa polyvalence : "Je suis droitier à la base. J’avais rendu quelques services à gauche par le passé et j’ai retrouvé mon poste de prédilection cette année. J’arrive à être au même niveau des deux côtés en mêlée, tant mieux. Je suis un soldat au service de l’équipe." Il s’efforce, avec ses partenaires de la première ligne, d’offrir la meilleure des résistances. Mission plutôt accomplie, paradoxalement : "En mêlée, nous avons fait de bons matchs. La touche, aussi a bien, fonctionné. La conquête a été bonne mais, à ce niveau, ça ne suffit pas."

Au passage, Yassin Boutemmani aura pu emmagasiner un maximum de vécu : "Je suis content d’avoir disputé tous les matchs, ça fait une bonne expérience. J’arrive à un âge mûr, à 28 ans, et j’espère avoir encore beaucoup d’années devant moi. C’est dans la difficulté que l’on se forge. Mon parcours me l’a prouvé. J’étais en Fédérale 1 il y a quelques années. Je ne me plains pas, j’ai encore de l’appétit." Pour finir au mieux le championnat. Une priorité collective : "Cet apprentissage douloureux va nous faire mûrir. Tout n’est pas à jeter. Cette année doit nous être utile et nous permettre de repartir plus forts en Pro D2."

Avec le natif de L’Isle-d’Espagna, sûrement, en fer de lance : "J’ai un an de contrat encore. Il y a une clause. Si un club de Top 14 me propose un challenge intéressant, je regarderai. Mais je me sens très bien à l’Usap et, dans ma tête, je serai encore là la saison prochaine. J’en ai envie, le staff le sait. Le club veut me prolonger, ça discute".

Vincent Bissonnet
Réagir