• L’antisèche : Toulouse fut grandiose
    L’antisèche : Toulouse fut grandiose
Publié le / Modifié le
Champions Cup

L’antisèche : Toulouse fut grandiose

Réduit à 14 dès la 22e minute, le Stade Toulousain s’est défait du Racing 92 en quart de finale de la Champions Cup. Emmenés par un Antoine Dupont de gala, les Rouge et Noir s’imposent d’un rien (22-21) et filent en demi-finale. Ce Toulouse-là est inarrêtable.

Le match 


Dans ce dernier quart de finale de Champions Cup, les Toulousains étaient parfaitement entrés dans la rencontre. La domination des Rouge et Noir fut récompensée par une réalisation d’Antoine Dupont (8e). Malgré une nette domination, le Stade Toulousain s’est fait punir en contre. Russell interceptait une passe d’Holmes avant de délivrer un coup de pied rasant millimétré pour Teddy Thomas qui filait derrière la ligne (20e). Après le carton rouge adressé à Holmes, Toulouse remettait la main sur le ballon et inscrivait un essai tout simplement magnifique. Ntamack allongeait sa passe pour Tauzin qui effectuait un délice de chistera pour Guitoune, avant que Maxime Medard ne vienne conclure ce mouvement de grande classe (32e). Par la suite, les Haut-Garonnais n’ont pas relâché la pression et c’est Antoine Dupont qui est venu planter la troisième banderille en cassant successivement les plaquages de Finn Russell et Leone Nakarawa (36e). Malgré l’infériorité numérique, le Stade Toulousain menait 19-10 à la pause.

Au retour des vestiaires, Maxime Machenaud réduisait le score par deux fois sur pénalités (49e, 55e). Sans s’affoler, Toulouse s’est attaché à bien défendre, jusqu’à l’incroyable interception de Sofiane Guitoune (67e) qui offrait une pénalité à Thomas Ramos. L’ancien columérin ajustait la mire, Toulouse menait alors 22-16. C’était sans compter sur la vaillance des Racingmen. Sur une touchée volée par l’alignement Rouge et Noir, Kolbe relâchait le ballon sur Camille Chat qui déboulait côté gauche et emportait l’ailier sud-africain ainsi que Sébastien Bézy. Le talonneur Ciel et Blanc inscrit un essai tout en puissance (72e). Malgré cet essai, les Toulousains, héroïques, s’imposent d’un rien 22-21 et filent en demi-finale.

 

Le fait


Nous jouons la 22e minute. Juan Imhoff déboule côté gauche avant d’être sévèrement plaqué par Zack Holmes. A vitesse réelle, rien ne laisse présager ce qui va suivre. M. Pierce demande la vidéo après la réclamation du capitaine des Racingmen Dimitri Szarzewski. Après de multiples visionnages, le demi d’ouverture toulousain est exclu ! Une décision extrêmement sévère à l’encontre d’Holmes tant Imhoff semblait se baisser à l’impact. Quoi qu’il en soit, le Stade Toulousain était réduit à 14, jouant en infériorité numérique pendant une heure. Malgré ce carton rouge, les Toulousains se sont littéralement surpassés pour vaincre le Racing 92 dans son antre. Tout simplement colossal.


Les meilleurs

 

Côté Toulousain, Antoine Dupont a réalisé une partie remarquable, Rapidement repositionné à l’ouverture suite à l’exclusion de Zack Holmes, il a récité sa partition. Deux essais inscrits et une énorme influence dans le jeu de son équipe, un match de haut niveau pour le demi de mêlée international. Sofiane Guitoune et Lucas Tauzin sont également à créditer d’une belle prestation. Les deux toulousains ont été très remuants et justes techniquement. Enfin, le deuxième ligne écossais Richie Gray a réalisé une solide partie que ce soit dans le secteur de la touche ou au niveau de son activité dans le jeu courant.

Côté Racing, Simon Zebo fût impérial dans les airs. Il a capté tous les coups de pieds adverses avec une facilité déconcertante. Teddy Thomas a également effectué un match de haut niveau avec des percées significatives sur la plupart de ses ballons. L’ailier francilien échappe à chaque reprise au premier plaquage, une qualité qui a systématiquement mis dans l’avancée ses partenaires. Camille chat a également impulsé une dynamique impressionnante. En remplaçant un Dimitri Szarzewski plutôt en difficulté, il a montré toutes ses qualités et une explosivité déconcertante.

 

La stat 

 

22. C’est le nombre de plaquages effectués par le deuxième ligne Richie Gray. Un total exceptionnel aux vues de l’activité offensive du garçon. Impérial dans les airs, toujours dans le bon tempo offensivement, le géant blond a plaqué à tour de bras. Après plusieurs pépins physiques, il semblerait que Richie Gray ait retrouvé toutes ses capacités. Avec ce total, il est le meilleur plaqueur de ce quart de finale.

Comme souvent, un grand Stade Toulousain est d’abord performant devant. Encore une fois, la règle a été respectée. Malgré la sortie forcée de François Cros, le pack toulousain s’est démené avec en chef de file, l’inévitable Richie Gray.


La décla
 

 

A la mi-temps, le manager du Stade Toulousain, Ugo Mola était interrogé sur la capacité de ses joueurs à tenir malgré l’exclusion de son demi d’ouverture. Le technicien Rouge et Noir ne s’est pas démonté : « S’ils se comportent comme des seigneurs lors de la première mi-temps, il n’y a pas de raison ». En effet, le quadruple vainqueur de l’édition a réalisé une partir titanesque avec un joueur de moins sur la moquette de la Paris la Défense Arena. Cette décision a semblé resserrer le groupe pour offrir au public toulousain, un nouveau déplacement dans cette compétition, cette fois à l’Aviva Stadium face au Leinster.

La question

 

Toulouse peut-il renverser le Leinster en Irlande ?

 

 

Par Thomas Saint-Antonin

midi olympique
Réagir