• Un plan sans accroc
    Un plan sans accroc
Publié le / Modifié le
Top 14

Un plan sans accroc

Une semaine après avoir dominé La Rochelle, le CO a encore pris de l’avance sur un concurrent direct pour la qualification. Leur plan tenait en cinq points...

Une préparation « aux petits oignons »

Les Castrais avaient choisi, une fois encore, de partir un jour à l’avance pour préparer au mieux ce déplacement décisif. Comme ils l’avaient fait à Lyon, à Pau, à l’Usap et au Stade français. Sur ces quatre déplacements, les Tarnais ont ramené trois victoires. Le total est désormais porté à 4/5, et tendrait à dire que grâce à ces préparations minutieuses et au travail effectué tout au long de l’année, les Castrais se donnent les moyens de vaincre n’importe quelle équipe sur ses terres : « Le groupe s’entend super bien. Ensemble on a envie de se faire mal. Une fois encore, nous sommes partis trois jours et on s’est régalé. On a passé du bon temps ensemble et cela a payé », souriait Anthony Jelonch.

Un coaching judicieux et décisif

Au regard de la chaleur étouffante, Christophe Urios avait prévu de multiplier les changements, à l’image de la première ligne dès la demi-heure de jeu : « Je l’ai fait pour les perturber. Je voulais les sortir de leur confort, et montrer à l’arbitre que l’on cherchait des solutions car nous ne sommes pas parvenus à nous adapter à la mêlée bordelaise. » Des changements qui n’ont pas résolu les problèmes en mêlée mais qui ont permis de maintenir un bon niveau de fraîcheur physique chez les joueurs sur le terrain, à l’image des accélérations de Marc-Antoine Rallier ou de la surprenante interception d’Antoine Tichit. En deuxième période, les entrées des puissants Ma’ama Vaipulu et Victor Moreaux ont apporté la densité nécessaire pour permettre aux Castrais de marquer sur un ballon porté, prenant ainsi un avantage au score qu’il n’allait plus lâcher.

Une défense intraitable

Une semaine après n’avoir encaissé qu’un seul essai face à la Rochelle (qui n’est autre que la quatrième meilleure attaque du Top 14 en termes d’essais marqués), les Castrais ont cette fois tenu leur ligne d’en-but inviolée. Une nouvelle performance qui confirme la tendance observée depuis le début de l’année, si l’on exclut le trou d’air de sept minutes que les Castrais ont connu face au Stde français et durant lequel ils ont encaissé trois essais. Des facteurs X adverses neutralisés Les Tarnais devaient absolument neutraliser les meilleurs porteurs de balle de l’UBB : le numéro huit Afa Amosa et le centre Semi Radradra. Si ces deux joueurs ont tout de même été au rendez-vous en se montrant dangereux sur chacune de leurs interventions, ils n’ont pas traversé le terrain comme à leur habitude : « Nous avions ciblé Amosa et Radradra car ce sont des joueurs capables de tout : franchir, faire avancer, passer après contact, etc ». expliquait le capitaine Mathieu Babillot après la rencontre. « Nous savions que si nous parvenions à les contenir, cela ferait aussi douter leurs partenaires ». Mission accomplie.

Des joueurs à pleine puissance

En revanche, le CO a pu compter sur ses meilleurs porteurs de balle. À commencer par le flanker Anthony Jelonch qui a terminé la rencontre avec des statistiques dignes d’un trois-quart centre : 12 charges, 43 mètres gagnés, un franchissement, trois défenseurs battus, sans oublier son sans-faute en défense (14/14) qui a fait de lui le meilleur castrais dans ce domaine. Citons aussi Mathieu Babillot, qui a fait preuve d’une constance impressionnante pour terminer le match avec des statistiques similaires et enfin Ma’ama Vaipulu et Victor Moreaux dont les entrées à la 50e minute ont permis au pack castrais de prendre l’avantage sur son adversaire dans le jeu direct.

Conséquences : Une revanche et objectif quart à domicile

L’humiliation subie à Pierre-Fabre le 23 décembre dernier faisait partie des fameuses « ardoises » que Christophe Urios gardait précieusement dans son casier. Et ses joueurs aussi : « Depuis le 23 decembre nous n’avions que cela en tête : gagner ici à Bordeaux parce qu’ils nous avaient mis une branlée chez nous », expliquait Jelonch. « Aujourd’hui, on s’est rattrapé. Maintenant, il nous reste quatre matchs, on veut gagner les quatre. Même Agen, car on a aussi une dette envers eux. » Qu’on se le dise, les Castrais ont encore quelques ardoises dans leurs casiers… Enfin,cette septième victoire à l’extérieur (!) marque aussi un tournant dans la fin de saison du CO : désormais, le club de la sous-préfecture vise le quart de finale à domicile : « Au vu de notre parcours, c’est ce que nous voulons, oui. Offrir un barrage à domicile à notre public. Ce sera l’objectif », posait sereinement Urios. « Mais avant, il y aura un match extrêmement excitant face au Stade toulousain qui marche sur l’eau et sur tout le monde en ce moment. » Le derby est déjà lancé... 

Réagir