• Plaqué par l’Irlandais Jack O’Donoghue, Billy Vunipola a attiré toute l’attention sur lui, tant pour sa prestation sur le terrain que  pour son comportement en dehors. Photo Icon Sport
    Plaqué par l’Irlandais Jack O’Donoghue, Billy Vunipola a attiré toute l’attention sur lui, tant pour sa prestation sur le terrain que pour son comportement en dehors. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Champions Cup

Billy Vunipola : Le "mauvais" kid !

Élu homme du match, le troisième ligne centre a livré une grande prestation pour amener son équipe en finale. En revanche, un accrochage verbal en fin de match avec un supporter n’a pas fait oublier ses récentes sorties médiatiques. Le génie est parfois décevant…

Billy a (encore) fait parler de lui ! Pour sa performance en tant que rugbyman tout d’abord, mais aussi pour un accrochage verbal en fin de match avec un supporter du Munster. Rare joueur à avoir réagi aux propos homophobes de l’Australien Israel Folau et de lui avoir apporté son soutien -ce qui lui a valu une avalanche de critiques depuis une semaine et des remontrances de son club- Billy Vunipola a dans un premier temps répondu de la meilleure des manières : sur le terrain. Et disons-le, il y a bien longtemps que l’on n’avait plus vu le cadet des Vunipola à un tel niveau.

Un temps éloigné des terrains à cause de blessures à répétition, l’Anglais a montré qu’il faisait toujours partie des meilleurs troisième ligne centre d’Europe voire du monde. Sa prestation contre le Munster est assez ébouriffante. "J’avais à cœur aujourd’hui de répondre présent sur le terrain après la tempête qui s’est abattue sur moi depuis quelques jours. Mes coéquipiers, mes amis, ma famille… Ils m’ont apporté leur soutien. Je suis reconnaissant envers eux. Après, j’ai fait de mon mieux mais j’ai aussi de la chance de faire partie de cette grande équipe. C’est plus facile pour s’exprimer ", détaillait le puissant numéro 8 du XV de la Rose.

Dans un bras de fer physique et tactique -autrement dit un match taillé pour lui, le joueur cadre des Saracens est sorti gagnant. Grandi. Élu homme du match par l’EPCR avec 21 courses et 40 mètres gagnés balles en main, 11 franchissements, et pour couronner le tout un essai. Rien que ça. "Je pense que nous sommes assez proches de notre meilleur niveau de jeu. Il faut continuer sur notre lancée et surtout savourer ces moments-là ", savourait quand même le joueur aux 38 sélections.

Mais voilà, si Billy fait partie de ces joueurs que l’on est capable d’encenser après un match, il n’en reste pas moins un rugbyman que l’on adore détester et blâmer à la moindre polémique. Hué et sifflé durant la demi-finale, il s’est une nouvelle fois emporté.

Critiqué la semaine, hué le week-end

L’histoire aurait commencé lorsque le joueur anglais se mit à chambrer les supporters du Munster en se tournant vers la "Red army" et en montrant le logo de son maillot après avoir marqué l’essai de la victoire. Une provocation qui est, visiblement, mal passée dans les tribunes puisque, quelques minutes après le coup de sifflet final, un supporter irlandais fit irruption sur la pelouse pour s’expliquer avec le joueur anglais. Quelques mots auraient été échangés entre les deux protagonistes avant que le supporter irlandais ne se fasse évacuer par les stadiers. Une altercation qui aurait pu se finir en échange de coups de poing, selon la presse anglaise.

"Vous savez, je crois en ce que je crois. Il n’y avait pas d’intention de blesser quiconque, ça n’a jamais été ma volonté. Et comme je l’ai dit, je suis juste reconnaissant d’être capable de jouer, d’être en forme et on espère être prêts pour la finale", expliquait le joueur en sortant des vestiaires. "Je préfère me concentrer sur moi et je suis impatient de connaître notre futur adversaire ", concluait le petit frère de Mako.

La performance de l’Anglais sur le terrain éclipsera-t-elle ses attitudes extra-sportives ? La RFU (Fédération anglaise) et son club, les Saracens, devraient très prochainement se saisir du dossier. En tous les cas, cette histoire n’a pas fini de faire parler au royaume de sa Majesté. Billy Vunipola, le "Kid", aime décidément bien se faire justice.

Midi Olympique
Réagir