• Peter O'Mahony (Munster) après la défaite contre les Saracens en demi-finale de Champions Cup
    Peter O'Mahony (Munster) après la défaite contre les Saracens en demi-finale de Champions Cup Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Champions Cup

Un Munster sans saveur

Parfois, la vaillance ne suffit pas. Le Munster en a fait l'expérience sans jamais pouvoir changer de rythme. Frustrant mais logique.

Qu’elle semble loin l’époque où le Munster terrassait ses adversaires grâce à son jeu clinique, avec un sang froid prodigieux. Il faut désormais remonter à 2008 pour voir les diables rouges soulever le trophée le plus convoité du Vieux Continent. Cette année, une fois de plus, la marche était trop haute pour ce Munster-là. Mais avec un schéma aussi restrictif, les hommes de Johann Van Graan ne pouvaient pas espérer mieux.

LES LIMITES D’UN SYSTèME

Cette défaite sonne peut-être comme l’essoufflement d’une méthode qui a fait ses preuves durant de nombreuses années sur les bords du Shannon. Au-delà d’un déficit de puissance criant notamment au sein du huit de devant, les Irlandais ont assisté impuissants à la démonstration tactique de leurs adversaires. Ils n’ont pu que constater les dégâts après le passage de la tornade Saracens en deuxième période. Malgré une défense courageuse impulsée par le capitaine Peter O’Mahony, les Munstermen ont subi les assauts adverses jusqu’à la rupture par deux fois lors du deuxième acte. Défendre jusqu’à épuisement n’était définitivement pas la bonne formule. Ce jeu millimétré et édifié autour de petites cellules n’est plus que vestige. Avec un pourcentage d’occupation si faible, 34 % sur l’ensemble de la partie, difficile d’imaginer une autre issue pour la bande à CJ Stander qui fut bien trop seul parmi les leaders de jeu du double champion d’Europe.

MURRAY DANS LA PÉNOMBRE

Le demi de mêlée du XV du Trèfle illustre à lui seul les maux irlandais ce samedi après-midi à Coventry. Jamais il n’a réussi à changer de rythme face au rideau de fer dressé devant lui. Conor Murray a souffert de la comparaison avec son homologue anglais Ben Spencer. Pire, il a fait preuve d’une inhabituelle lenteur derrière son pack au moment de prendre le jeu à son compte. Place au championnat désormais pour les joueurs de Limerick.

Midi Olympique
Réagir