Publié le / Modifié le
Entretiens

"Nous avons les cartes en main"

Kévin Burgaud - Centre de Vannes

Vannes troisième, c’est quand même une sacrée surprise…

C’est vrai que personne ne nous attendait là. Chaque saison, depuis vingt ans, le club avance d’une marche. Cette fois, c’est un grand pas. Maintenant, nous n’avons rien volé à personne. On bosse quand même comme des damnés. C’est une récompense et c’est une situation qu’on prend avec gourmandise. Mais rien n’est fait pour la qualification.

En tant que joueur, comment prenez-vous la chose ?

Il est évident que quand on est si proche de jouer la qualification, plutôt que de se battre pour le maintien, le plaisir est différent. Nous avons connu cela. C’est ce qui nous permet aujourd’hui d’apprécier à sa juste valeur notre situation.

Les résultats de cette 29e journée peuvent bouleverser le classement. Est-ce une pression supplémentaire ?

Il reste deux journées et déjà dimanche soir, on peut se retrouver hors qualification. Mais au terme de la 30e journée, on peut y revenir… ou se retrouver à la place du c... à la 7e place.

Ne pas être dans les six serait un échec ?

Ce serait certainement une grosse déception, car aujourd’hui on y est presque. Nous sommes dans les six depuis notre victoire face à Bayonne. Et croyez-moi, nous avons tous envie d’y rester. Nous avons les cartes en mains.

L’équipe reste sur six victoires consécutives. Est-ce un avantage au moment ?

Nous sommes c’est vrai dans une spirale très positive. Et on va tout faire pour nous imposer à Béziers en sachant que rien ne sera facile. Même si Béziers est apparu en demi-teinte ces derniers temps, il faut voir à la vidéo son match contre Nevers. Un match solide en défense. Il faudra contenir leur troisième ligne. Ce sera un match serré.

Que devez-vous craindre de Béziers ?

Tout et surtout leur densité physique. Ce sera un match qui se jouera à de petits détails. La plus petite faute peut coûter très cher. Mais on y va avec de grosses ambitions.

Midi Olympique
Réagir