• Les Brivistes de Thomas Laranjeira ont encore quelque chose à aller chercher lors de cette 30e journée. Une victoire et les Brivistes seront assurés d’éviter les barrages. Photo Icon Sport
    Les Brivistes de Thomas Laranjeira ont encore quelque chose à aller chercher lors de cette 30e journée. Une victoire et les Brivistes seront assurés d’éviter les barrages. Photo Icon Sport Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

En ordre de marche

Le CABCL retrouve l’aviron qui lui avait fait mal à la tête en ouverture du championnat. avant la phase finale, il entend montrer à l’image d’un Thomas Laranjeira, qu’il a bien évolué.

Un quart de finale. Ni plus, ni moins. "Ce match face à Bayonne est très important car mathématiquement nous ne sommes pas en demi-finale" confiait quelques heures après la prolongation de son contrat pour quatre saisons l’artilleur numéro 1 du club corrézien, Thomas Laranjeira.

Un mélange de confiance, sérénité et crainte

Plus de neuf mois après avoir subi en ouverture du championnat à ce qui s’apparente sur le plan comptable à sa plus lourde défaite (30-17), les Brivistes ont l’occasion de terminer leur saison régulière sur une bonne note. Et d’aussi montrer que s’ils n’ont rien oublié de la petite claque reçue à Jean-Dauger, ils comptent bien prendre très au sérieux l’Aviron. " Ils nous avaient mis une petite fessée. Forcément, ça reste dans un coin de la tête. Après, le temps est passé, nous étions en reconstruction, eux aussi. Les deux équipes ont beaucoup évolué. Ce sera certainement un match avec un scénario différent du premier. Mais cela ne veut pas dire qu’on ne les craint pas. Ils ont été dans les deux premiers tout au long de la saison. C’est une équipe qui a quoi qu’il arrive un quart assuré à domicile mais si ils viennent gagner chez nous ils peuvent avoir une demi à domicile aussi. Ils arrivent conquérants et sans complexes, bardés d’intentions", préfère avertir en joueur d’expérience Thomas Larenjeira.

Arrière une grande partie de l’exercice mais repositionné à l’ouverture- son poste de formation qu’il a retrouvé avec un "plaisir monstre" - depuis la réception de Provence Rugby à la mi-mars, le polyvalent, souvent cantonné au banc ces dernières saisons savoure et croque à pleines dents ce qui lui arrive et qu’il est allé se chercher à force de travail et d’abnégation. Laissé au repos à Oyonnax, le vice-capitaine devrait être sorti de son repos bénéfique et nécessaire au cœur d’une saison pleine pour lui — 25 feuilles de matchs, 25 titularisations, joueur leplus utilisé de l’effectif- pour guider son club de cœur vers un quinzième succès à domicile. Brive est pour l’heure la dernière équipe invaincue sur ses terres. Et entend bien le demeurer. "Les matchs couperets arrivent. Il ne faut pas que l’excitation prenne le pas sur le stress. Il faut les aborder avec de la confiance, de la sérénité et de la crainte envers nos adversaires. Si on ne fait pas ça, on va se tromper." La recette briviste concoctée par Thomas Laranjeira et ses partenaires semble prête à l’emploi.

Midi Olympique
Réagir