Publié le / Modifié le
Pro D2

La fuite en arrière

NEVERS Alors qu’ils étaient en tête du championnat il y a deux mois, voilà que les neversois n’ont plus leur destin en mains dans la course au TOp 6. Incroyable !

La formidable machine s’est déréglée. Alors que Nevers était en tête du championnat début mars, la qualification pour la phase finale du club dirigé par Régis Dumange ne dépend plus seulement de ses résultats.

La faute à deux derniers blocs de matchs durant lesquels les Neversois n’ont gagné qu’une fois sur les neuf rencontres qu’ils ont eu à disputer. Un rendement de relégable qui conduit aujourd’hui Nevers à ne plus être maître de son destin. En effet, si Béziers fait le métier la semaine prochaine et parvient à vaincre avec le bonus offensif, une victoire de Nevers avec ce même bonus offensif ne suffirait pas à offrir la qualification aux hommes de Xavier Péméja. Dans ce cas de figure, les deux équipes se retrouveraient ex æquo à 79 points et le cas d’égalité serait favorable au Biterrois.

Un seul être vous manque…

Vendredi soir, les Neversois, s’ils n’ont pas démérité, n’ont jamais réellement inquiété l’USM. Josaia Raisuqe n’est plus le redoutable franchisseur qu’il était encore il y a quelques semaines et surtout l’absence de Zack Henry, ouvreur et régulateur du jeu neversois, se fait cruellement sentir. En manque de puissance, l’Uson a déployé une énergie considérable pour venir se casser par vagues sur la défense montalbanaise sans jamais parvenir à la faire céder. Il faudra faire mieux et surtout plus, vendredi prochain, face à Aurillac. Hugues Bastide, le capitaine de l’Uson, prévient déjà : "On visera la victoire avec bonus offensif." Sera-ce suffisant ? Rien n’est moins sûr. D. B.

BOURNIQUEL David
Voir les commentaires
Réagir