Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Le Stade continue à rêver

Le Stade dijonnais a une nouvelle fois prouvé que sa place dans la cour des grands de Fédérale 1 était tout à fait méritée. Face à une formation d’Albi aussi dense qu’ennuyeuse, ces Bourguignons ont fait front, compensant leur déficit de densité physique par un courage de tous les diables. "On nous avait promis l’enfer. Nous devions être croqués. Finalement, nous sommes toujours invaincus à la maison. Ils ont cent fois plus d’expérience que nous mais nous avons eu l’envie", confirme Hugo Alarcon, le deuxième ligne local, avant de prolonger : "Ils pensaient peut-être que nous avions un pack d’enfants. Nous devions nous faire rouler dessus. Nous nous en sortons kif-kif et, surtout, nous leur avons montré que nous étions capables de rivaliser jusqu’à la fin. Ils ont toujours les faveurs des pronostics mais on ira chez eux pour jouer notre chance à fond."

la course toujours en tête

Les Stadistes montrent d’ailleurs d’entrée de ce quart de finale qu’il faut compter avec eux. Leur entame est idéale. Soulan enquille (6-0, 10e). Agressifs en défense, lucides en attaque, ils regardent les yeux dans les yeux un prétendant affiché à la montée. Albi est oppressé. Il faut un cadeau de M. Brayelle pour voir l’ogre sortir de sa tanière (6-3, 24e). Une percée de Liabot et voici des visiteurs encore à la faute, Albi étant encore pénalisé (9-3, 30e). Mais à quinze contre quatorze, Dijon bafouille et Kévin Boulogne, le demi de mêlée et buteur tarnais, passe trois points (9-6, 37e) puis il égalise (9-9) juste avant la mi-temps. Avec son jeu minimaliste au possible, Albi s’en sort sans casse au repos. La reprise est d’un même acabit mais sur l’une des rares offensives du match, Liabot déchire le rideau albigeois pour offrir à hauteur à Rabago une petite douceur exquise (16-9, 55e). Un essai à première main à quatorze, excusez du peu !

Le Stade dijonnais, qui enfonce ensuite le clou par l’artilleur Jules Soulan, a toujours fait la course en tête et empoche un succès mérité et peut continuer à rêver.

Dijon - Albi 19 - 15

Correspondants
Voir les commentaires
Réagir