Publié le / Modifié le
Top 14

Les nerfs à vif !

Un derby, un vrai. Avec des accrochages, un faux rythme en raison des nombreuses fautes, des plaquages destructeurs, des plongeons grotesques, des logorrhées des acteurs après chaque coup de sifflet. Il ne manquait que les baffes d’antan pour finalement calmer tout le monde. Mais il était écrit que ce derby serait tendu de la première à la dernière minute, jusqu’à cet en-avant d’Urdapilleta pour conclure une fin de match où les Castrais ont fini par bafouiller leur rugby. Christophe Urios fulminait : "Comment nous pouvons perdre un match comme ça quand on passe devant en fin de match ? Il reste un coup d’envoi à contrôler après et finalement nous faisons une faute… Comment c’est possible ? C’est complètement stupide de perdre un match comme ça. Ce n’est vraiment pas possible. Je dirais que c’est une sorte de gâchis par rapport à la préparation du match mais aussi lié à une forme d’impatience." Une maîtrise que les Toulousains ont su retrouver contre le vent après une fin de première mi-temps où ils avaient écopé de deux cartons jaunes et d’un essai de pénalité. Comme quoi le rugby peut aussi être illogique puisque les Rouge et Noir se sont retranchés derrière la réussite de Thomas Ramos, auteur d’un 100 % pour reprendre le score après chaque essai de Castrais bien malheureux face aux perches, mais tranchants ballon en mains. C’était un derby, un vrai, avec sa propre logique et son soupçon d’irrationnel. N. A.

AUGOT Nicolas
Voir les commentaires
Réagir